Tours

Saint-Pierre-des-Corps : les agriculteurs tentent de bloquer le dépôt pétrolier

Depuis dimanche soir, une partie des agriculteurs de France, à l'appel de la FNSEA et des Jeunes Agriculteurs entreprennent des blocages de raffineries et dépôts pétroliers dans le pays.

 

Mardi matin, c'est le dépôt de Saint-Jea-de-la-Ruelle dans le Loiret qui a été bloqué par les agriculteurs au lever du jour, obligeant les routiers venus remplir leurs camions citernes à se détourner vers les dépôts voisins. Parmi ces derniers, celui de Saint-Pierre-des-Corps. Oui mais en début d'après-midi, c'est une longue file de camions à l'arrêt dans la zone industrielle de la commune de l'agglomération tourangelle qui s'étirait le long des routes. Les Jeunes Agriculteurs du 37 et la UDSEA 37 avaient en effet décidé là-aussi d'une action coup de poing en bloquant l'une des entrées du dépôt.

Les agriculteurs dénoncent notamment l'autorisation faite à Total d'utiliser 300 000 tonnes d'huile de palme dans les biocarburants. Une mesure qu'ils jugent concurrentielle par rapport à l'utilisation de l'huile de Colza produite en France et en incohérence avec la politique du gouvernement. Il faut dire que le conflit gronde depuis plusieurs mois. En début d'année, c'est la réforme de la carte des zones défavorisées qui avait conduit à un vaste mouvement de colère. Récemment les débats sur le glyphosate n'ont pas apaisé les inquiétudes des agriculteurs : "On veut interdire le glyphosate chez nous, par contre pour les produits importés cela ne pose pas de problème" dénonce ainsi un des agriculteurs rencontrés ce mardi devant le dépôt pétrolier de Saint-Pierre-des-Corps.

Ces derniers n'étaient qu'une petite dizaine sur place "parce que les collègues sont sur d'autres dépôts comme en région parisienne" nous disent-ils, et le dépôt n'aura finalement été bloqué qu'une petite heure face aux routiers mais aussi aux forces de l'ordre présentes pour l'occasion. Suffisant selon les agriculteurs pour montrer leur détermination et leur capacité à mener une action coup de poing, à l'instar de celles du début d'année.

Les agriculteurs et le ministre de l'Agriculture, Stéphane Travert devaient se rencontrer ce mardi après-midi.