Tours

En septembre, l’aéroport de Tours va devenir une école

Jusqu’à 150 pilotes de ligne y seront formés chaque année.

L’aéroport de Tours, vous y allez peut-être parfois pour prendre un vol vers le Maroc, Londres, Porto ou la Corse… Bientôt, il sera aussi possible de s’y rendre pour étudier. En attendant, peut-être, d’accueillir une autre compagnie régulière aux côtés de Ryanair sur son tarmac, le site va diversifier ses activités en devenant un site d’enseignement supérieur. Ce lundi, l’école privée Air Paris Academy a officialisé son emménagement au 1er étage de l’aérogare, une base depuis laquelle elle envisage de débuter la formation d’une grosse vingtaine d’élèves dans moins de 3 mois. A terme, son ambition est de diplômer 150 pilotes de ligne par an, avec 50 nouveaux étudiants tous les 4 mois.

Récemment, une société spécialisée dans les hélicoptères s’est installée sur le site aérien de Tours Nord. Avec l’école ça fait donc deux nouvelles structures en quelques mois, de quoi rassurer les élus qui financent la structure et militent en grande majorité pour son maintien. Alors que l’armée de l’air va délocaliser son école de chasse de Tours vers Bordeaux d’ici 2021, voilà de quoi garantir la poursuite d’une activité aérienne conséquente sur la piste, Air Paris Academy annonçant environ 800h de vol annuelles depuis Tours pour les cours pratiques de ses pilotes. Au passage, c’est des points marqués face à Châteauroux (qui vient d’ouvrir des lignes régulières) et même face à Orléans, qui n’exclut pas de faire la même chose. Tours annonce fièrement vouloir être LA plateforme aérienne régionale dans le domaine du transport de passagers et ces deux annonces lui donnent un peur d’air pour justifier pour rang.

550 000 pilotes à trouver dans les 20 prochaines années

Pour l’installation d’Air Paris Academy, c’est la métropole qui est à la manœuvre… Les dirigeants ne s’en cachent pas : au départ ils voulaient aller à Creil, dans l’Oise. Finalement c’était compliqué, et ils se sont laissés convaincre par Tours (sans subvention publique). En revanche elle affiche de grandes ambitions : celle de former les futurs employé.e.s de géants de l’aviation, d’Easyjet aux grandes compagnies asiatiques en passant par un acteur du Nigéria, tous ayant de très grands besoins en pilotes puisqu’on estime qu’il va falloir en recruter 550 000 dans les 20 prochaines années vu l’essor du transport aérien. Problème : pour l’instant il n’y a pas assez d’établissements pour tenir la cadence, et certaines compagnies vont par exemple chercher des renforts à l’étranger (Espagne et Angleterre) si elles ne trouvent pas la main d’œuvre nécessaire en France.

Se vantant d’être une alternative très sérieuse voire plus solide que l’école publique des pilotes de ligne, Air Paris Academy compte devenir la 1ère école d’aviation privée de France. Elle sera accessible moyennant 75 000€ pour des étudiants sélectionnés sur dossier. Les conditions d’entrée seront strictes : au minimum un bac +2, de bonnes connaissances en sciences et en maths, une aptitude médicale et une maîtrise parfaite de l’anglais pour suivre les cours dispensés exclusivement dans la langue de Shakespeare. A la fin du cursus, qui durera de 18 à 20 mois, les élèves auront de grandes chances de trouver du travail. Mieux, certains en auront avant même leur admission puisque l’établissement compte surtout se spécialiser dans la formation de jeunes pré-recrutés par des compagnies dont elle assurera la formation avant leur intégration dans l’entreprise.

15 avions et un centre de maintenance

Le programme est divisé en 3 parties : une première de 9 mois pour la théorie suivie d’une formation sur des avions à hélice avec un moteur et enfin sur des avions à deux moteurs + des séances sur simulateur. Enfin, pour être en capacité de diriger des Boeing 737 ou des Airbus A320, les jeunes pilotes devront se perfectionner pendant 6 mois au sein d’une compagnie aérienne pour maîtriser le maniement d’un avion à réaction.

Les élèves seront formés sur des avions comme celui-ci.

Financée par des investisseurs privés, Air Paris Academy annonce enfin qu’elle comptera jusqu’à 15 avions, de petits appareils « équipés des dernières technologies antibruit » insistent ses dirigeants pour rassurer les riverains de l’aéroport qui pourraient s’inquiéter de cette nouvelle activité, ils ajoutent que certains vols se dérouleront aussi au Mans, à Blois, Angers ou Poitiers dans les premiers temps tant que la base militaire restera active. Les premiers décollages sont annoncés pour le printemps 2019, quand la première promotion aura achevé sa formation technique. Elle devrait ensuite entrer sur le marché du travail dans les premiers mois de l’année 2020 et si l’école réussit son développement, elle pourrait aller jusqu’à créer son propre centre de maintenance à Tours ce qui n’existe pas aujourd’hui.