Tours

La grande oeuvre hommage à Balzac ira dans le Jardin de la Préfecture

Elle sera inaugurée en novembre 2019.

Dans quelques mois, on entendra énormément parler de Balzac dans les rues de Tours... En 2019, la municipalité compte bien célébrer de manière intensive le 220ème anniversaire de la naissance de l’auteur français qui a vu le jour au N°47 de la Rue Nationale... « Balzac c’est Tours et Tours c’est Balzac » résume l’élu en charge de la préparation des festivités Jérôme Tebaldi qui a présenté ce vendredi un pré-programme des événements envisagés dans la ville et le département...

« On prévoit un chemin de fer sur toute l’année avec deux temps forts : l’un autour de sa naissance le week-end des 18, 19 et 20 mai (Honoré de Balzac est né le 20, ndlr) avec des spectacles (la Cie Off ou le Nouveau Théâtre Populaire sont déjà prévus, ndlr) et le second en novembre lors de l’inauguration d’une oeuvre en sa mémoire dans l’espace public » poursuit l’adjoint au maire. Cette oeuvre, dont on ne connait pas encore la forme, a vocation à remplacer la statue de l’écrivain qui trônait jusqu’en 1942 à la sortie de l’actuelle Rue de Bordeaux, côté Place Jean Jaurès, et qui a été enlevée et fondue par les Allemands pendant la seconde guerre mondiale (le moule a également disparu, empêchant une reconstitution à l’identique).

L’artiste choisi d’ici le mois de décembre

Ce vendredi, on a eu quelques précisions sur les envies de la mairie pour ce projet... Déjà, le lieu a été défini : l’oeuvre en hommage à Balzac sera installée dans le Jardin de la Préfecture en novembre 2019, et le parc situé à côté du Vinci et face à la gare sera redessiné autour d’elle pour la mettre en valeur, l’idée étant également d’en faire un espace dédié à la lecture « peut-être avec un kiosque » suggère Jérôme Tebaldi qui plaide pour créer « une balade littéraire ».

Quant à l’artiste qui réalisera cette oeuvre, il sera connu d’ici la fin de l’année. Dès ce lundi 4 juin, la ville va lancer un appel à projets d’un mois sur le thème « Balzac et la comédie humaine », 3 à 4 finalistes seront désignés dans le courant de l’été... Ils devront alors réaliser une maquette qui sera exposée à l’automne dans un lieu de Tours encore non déterminé permettant aux Tourangeaux de se faire un avis sur le projet. Enfin, un jury composé de différents professionnels déterminera le lauréat d’ici décembre (en accord avec l’architecte des bâtiments de France) et ce dernier aura un an pour réaliser son travail.

Des expos, spectacles et événéments en tous genres

Sur la nature de l’oeuvre, « ce sera quelque chose de 2019 » promet Jérôme Tebaldi, autrement dit pas un buste ou une statue classique mais une création contemporaine vouée à être pérenne... « Le projet c’est de mieux faire connaître Balzac. Avec Victor Hugo il fait partie des auteurs français les plus cités à l’étranger mais ce n’est pas une évidence pour les Tourangeaux qu’il est né ici. On veut donc affirmer que Tours est la ville de naissance de Balzac » poursuit l’élu.

Une liste de rendez-vous culturels est ainsi en cours de montage avec des expositions au Musée des Beaux-Arts ou au Museum d’Histoire Naturelle (autour des animaux dans l’oeuvre de Balzac), un pavoisement spécial sur le Pont Wilson pendant l’été, des visites guidées pour les touristes, des expos itinérantes dans les jardins, des spectacles au Grand Théâtre ou au Théâtre Olympia et surtout tout un parcours lumineux à l’Est de la ville pour mettre en valeur les bâtiments importants de l’histoire de Balzac mais aussi la cathédrale, l’Hôtel de Ville ou l’Opéra. Sur la liste toujours : des projets avec le quartier Rochepinard autour de l’Île Balzac, le conseil municipal des jeunes a été invité à s’emparer du projet, un travail sera mené avec une association franco-ukrainienne (Balzac Hanska) et des projets sont engagés avec le musée Balzac de Saché ou la Maison Balzac de Paris.

Pas de grande Rue Balzac dans l’immédiat

Dernière chose : quand il était adjoint au rayonnement, l’actuel maire Christophe Bouchet avait évoqué la possibilité de changer le nom de la Rue Nationale pour en faire la Rue Balzac, « une provocation pour faire réagir, ce qui avait été réussi » commente aujourd’hui Jérôme Tebaldi affirmant que le projet de choisir une grande artère de la ville pour rendre hommage à Balzac n’est plus d’actualité, mais pas enterré : « on réfléchira quand les Tourangeaux se seront emparés du sujet » justifie l’adjoint qui attend donc de voir si la population sera réceptive à tout ce programme artistique (ce qui n’avait pas complètement été le cas lors des festivités autour de St Martin, par exemple). En attendant ce verdict, il reste tout de même une Rue Balzac en centre-ville, ainsi qu’un lycée ou l’Île du Cher à son nom, et une citation en géant sur la façade de l’Hôtel de Ville... Bref, il ne passe pas inaperçu.

Olivier Collet