Tours

Bus et tram : le ticket Fil Bleu augmentera de 10 centimes le 1er août

Une première depuis 2014.

C'est un sujet qui revient sur la table tous les ans à Tours Métropole : la mise à jour des tarifs du réseau de transport (bus et tram). Votés ce vendredi soir par les élus, ils entreront en application le 1er août.

Ce qui ne change pas :

L'abonnement mensuel tout public reste à 39€50, le Pas Famille coûtera toujours 2€60, les tickets spéciaux pour les congrès créés l'an dernier ne varient pas tout comme le Pass Etudiant (27€60), le Pass Scolaire (24€80), le Pass Demandeur d'emploi (19€50, ou 5€30 s'il est subventionne) ou celui pour les plus de 65 ans. Pour les personnes à mobilité réduite, le voyage avec Fil Blanc reste à 1€50.

Ce qui change :

Pour les voyageuses et les voyageurs occasionnels, le ticket unitaire passe d'1€50 à 1€60, une première hausse depuis 2014. Le ticket aller-retour coûtera désormais 3€ au lieu de 2€80 actuellement, les 10 voyages seront à 14€ au lieu de 13, le titre Liberté passe d'1€30 à 1€40, 4€10 le pass 24h soit 20 centimes de hausse, 6€20 les 48h (contre 5€90 en ce moment) et enfin 3€10 la place en parking relais (20 centimes supplémentaires).

Pourquoi ces hausses ?

"On augmente nos tarifs le moins possible pour les clients réguliers et l'an prochain on aura une politique agressive pour les étudiants et les plus démunis avec un tarif solidaire" a jusitfié le vice-président de Tours Métropole en charge des transports, Frédéric Augis.

Cet argumentaire ne convainc pas totalement l'écologiste Emmanuel Denis qui estime que certains habitués modestes seront tout de même impactés : "le carnet de 10 parcours est souvent choisi oar des personnes précaires qui n'ont pas assez d'avance pour payer un abonnement, et au final ils paient même plus qu'un abonnement". Frédéric Augis lui a répondu en affirmant qu'il était compliqué de mettre des tarifs en place aujourd'hui alors que le contrat de Keolis qui exploite le réseau arrive bientôt à terme, mais a promis que la grille serait bien révisée et plus avantageuse à partir de septembre 2019, ce qui entraînera un coût de 2 millions d'euros pour l'agglomération.

Un tarif spécial pollution ?

Emmanuel Denis a aussi demandé la mise en place d'un tarif spécial à 2€ en cas de pic de pollution, il n'a pas été entendu dans l'immédiat mais le 25 juin la métropole devrait étudier un plan d'action en cas de mauvaise qualité de l'air dans l'agglomération, avec sans doute des tarifs dégressifs pour favoriser l'usage des transports en commun, mais pour l'instant ces derniers ne sont pas connus et eux aussi risquent de ne pouvoir être mis en place qu'en 2019.