Tours

Le Bercail évacué, ses occupants relogés

Plusieurs dizaines de demandeurs d'asile occupaient l'église Saint-Libert depuis plusieurs semaines.

L'ancienne église Saint-Libert et ses bâtiments attenants, dans le quartier Ste Radegonde de Tours étaient occupés depuis le 06 avril par des demandeurs d'asile majeurs et mineurs, soutenus par un collectif d'associations regroupées sous le nom de « Résistance37* ».

Ici une cinquantaine de personnes ne trouvant pas de solutions dans les dispositifs légaux, avaient trouvé refuge. Une façon de palier à "l'urgence dans l'urgence" mais aussi d'alerter les pouvoirs publics pour le collectif de soutien.

Une occupation qui a pris fin hier, jeudi 24 mai, après plusieurs semaines de discussion avec les pouvoirs publics, Préfecture et DDCS (Direction Départementale de la Cohésion Sociale). Une sortie de crise rendue possible par le fait que tous les occupants ont été finalement relogés nous explique Angelo du collectif de soutien.

Ce dernier se montre plutôt satisfait de cette sortie de crise : "Les demandeurs d'asile ont des places en CADA (ndlr : centres d'accueil pour les demandeurs d'asile). Autre satisfaction pour le militant, les solutions trouvées pour les familles. "Une a été régularisée et 3 autres ont été "dé-dublinées", c'est une satisfaction d'autant plus que ce n'est pas courant". Pour rappel les demandeurs "Dublinés" ne peuvent rester en France et sont normalement reconduits dans pays par lequel ils sont arrivés dans l'Union Européenne.

Notre interlocuteur se montre en revanche plus sévère avec le Conseil Départemental, responsable notamment de l'accueil des mineurs isolés, "qui n'a jamais voulu discuter". "Certains mineurs présents n'ont pas été évalués, d'autres non reconnus comme tels" précise Angelo. Conséquence, les 18 mineurs qui étaient présents au Bercail on finalement trouvé une solution temporaire dans un foyer d'hébergement nocturne de la DDCS.

Du côté de la Préfecture, on se satisfait également de la fin de l'occupation et la Préfète d'Indre-et-Loire souligne par communiqué "l'esprit de responsabilité" des différents interlocuteurs qui a permis de "mettre fin à cette situation".

*Le collectif Résistance 37 est composé des structures suivantes : Collectif Albert Thomas, Utopia 56 Tours, Collectif Solidaire des Migrants de St Pierre des Corps, Chrétiens Migrants, Réseau Education Sans Frontières, La Table de Jeanne Marie, Sud Rail Centre Val de Loire, La Cimade Indre et Loire et le DAL37