Tours

Dreamhack à Tours : les secrets des gamers pour jouer sans s’arrêter

Jusqu’à 1 800 PC tournent au parc expo ce week-end.

Cette année, la Dreamhack de Tours a déménagé. Le grand événement ligérien dédié au jeu vidéo se sentait à l’étroit au Vinci, il passe donc à la vitesse supérieure au Parc des Expositions dès son édition 2018 ‘et au moins jusqu’en 2020, dixit les organisateurs). Plus de place, plus d’espace et donc plus de monde… Jusqu’à 12 000 visiteurs sont attendus en 3 jours, et au moins 8 000 pour faire aussi bien que les éditions précédentes. Sur le week-end, 170 000€ de prix seront remis lors de différentes compétitions, la plus grosse étant celle de Counter Strike dans une salle de plus de 700 places avec une scène ultra lumineuse et assez impressionnante… Mais on peut aussi parler du grand tournoi Hearthstone (70 millions de joueurs dans le monde) ou, pour les enfants et grands enfants, du tournoi de cartes Pokémon, où adultes et plus jeunes s’affrontent sans distinction.

 

Une des deux salles pour voir les parties en live

Partie de cartes Pokémon

Les Youtubeurs spécialisés commentent les parties en live

Mais la meilleure preuve que la Dreamhack a changé de dimension cette année c’est le doublement de l’espace dédié aux gamers et aux gameuses… Occupant tout le hall A à côté du Grand Hall, il peut rassembler jusqu’à 1 800 ordinateurs qui tournent ensemble quasiment 24h/24 pendant 72h pour des jeux en réseau entre participants à la Dreamhack ou dans le monde entier.

Vue (partielle) de la grande salle de jeu

Une règle importante : la concentration

Seul(e)...

...ou en équipe

Alors que le Vinci ne proposait que 900 postes de jeu, le parc expo tourangeau permet de doubler la mise et les places se sont envolées assez rapidement après l’ouverture des réservations : « peu de gens viennent seuls. Ce sont surtout des équipes semi-pro, des équipes pro ou des groupes d’amis. Parfois jusqu’à 8 personnes » explique l’équipe d’organisation qui fait en sorte de les regrouper.

 

Pendant le week-end, les parties s’enchaînent, et chacun sa technique : un peu à l’abri des regards derrière un paravent ou au vu et au su des autres gamers… On notera néanmoins que l’accès à la zone est réglementé, tout le monde ne peut pas venir observer ce qu’il se passe sur les écrans (mais il est possible déjà d’assister à plein de parties commentées dans le Grand Hall).

 

Ce qui assez amusant, c’est l’ambiance mi-studieuse mi-camping qui règne dans cette game zone… Avec des matelas gonflables, des valises…

 

D’ailleurs pour se reposer, les participantes et les participants de la Dreamhack ont plusieurs options, notamment des poufs mis en place dans le Grand Hall… Mais même là, alors qu’on pourrait les imaginer en train de piquer un somme, on les voit la plupart du temps en train de scruter leur smartphone (beaucoup de parties sont retransmises en live sur le net, avec des milliers de spectateurs, jusqu’à 300 000 voire 500 000 en simultané pour les grandes finales).

 

Sinon pour se changer les idées il y a d'autres solutions : passer du jeu vidéo...

...au film (en VOST, évidemment).

En plus du sommeil, il faut gérer son estomac… Bon, on va le dire clairement : on n’a pas vu l’ombre d’un légume ou d’un fruit lors de notre passage sur place mais beaucoup de boissons énergisantes (parfois distribuées gratuitement par un partenaire de l’événement), des sodas, des gâteaux apéritif, beaucoup de gâteaux apéritif… Parfois dans un joyeux bazar (attention aux miettes sur les claviers !).

 

D’ailleurs au niveau du matos, on notera que gameuses et gamers viennent avec leur PC perso (souvent des machines ultra-tunées avec plein de jolies lumières), voire leur propre siège fétiche (sinon les organisateurs mettent à dispo des chaises en plastique qui doivent faire un peu mal au dos au bout de trois jours).

 

A propos de mal de dos, à l’entrée de la game-zone il y a 4 kinés qui se relaient toute la journée de 9h à 21h pour soigner les petits maux : « les grosses équipes nous demandent des rendez-vous et on a un carnet pour gérer les demandes » explique Florian, responsable de cette entreprise parisienne spécialisée dans les soins apportés aux as du jeu vidéo. La structure présente pour la seconde fois à Tours et sur tous les gros tournois français compte 5 personnes et a des contrats avec des équipes de pros…

Là, des séances de 15-20 minutes sont proposées à 10€ : « il ne faut pas que ce soit trop long pour ne pas repartir fatigué » détaille le kiné… Juste donc le temps de masser les épaules, le dos, le poignet : « ce sont les mêmes douleurs musculaires que des personnes qui travaillent toute la journée sur un ordinateur et ici elles peuvent être accentuées par la fatigue, le stress ou le fait d’être dans un environnement différent de d’habitude.

 

Et dans la série « prévention », on notera aussi qu’en plus des vendeurs de sièges ou de machines informatiques, les opticiens ont également un stand à la Dreamhack de Tours pour parler de la lumière bleue des écrans et proposer des solutions. Les gamers sont des consommateurs prêts à investir beaucoup pour s’adonner à leur passion (PC à 2-3000€, sièges à 800€…), alors il y a un coup à jouer en évoquant leur santé, vu leur rythme effréné. Leur parcours du combattant prendra fin ce lundi en fin de journée, la Dreamhack étant ouverte aux visiteurs pour 15€ jusqu’à 18h.

Olivier Collet