Tours

Pourquoi les salariés des CIO sont en colère en Indre-et-Loire

Les centres d’information et d’orientation pourraient fermer en dehors des établissements scolaires.

Fin avril, les CIO étaient dans la rue à Tours, aux côtés des cheminots, des lycéens ou des fonctionnaires. Leurs équipes ne sont pas nombreuses, pas facile pour elles de se faire entendre, mais elles ont des revendications à porter à cause de projets gouvernementaux qui les inquiètent. On a rencontré Marianna, Sonia, Nadia et Julie – ayant entre 1 et 30 ans d’ancienneté dans la profession – pour mieux comprendre…

« En Indre-et-Loire, nous sommes 50 psychologues de l’éducation nationale spécialité éducation, développement et conseil en orientation scolaire et professionnelle. Nous sommes répartis sur 5 sites à Tours, Joué-lès-Tours, Amboise, Loches et Chinon.

« Notre problème essentiel c’est que le ministre Jean-Michel Blanquer a annoncé la fermeture de tous les CIO de France pour transférer la compétence de l’orientation professionnelle aux régions. Cela s’est fait début avril lors d’une réunion avec les organisations syndicales. Nous ne sommes pas d’accord car les CIO en dehors des établissements sont essentiels. Nous nous y relayons 30% du temps pour assurer des permanences avec ou sans rendez-vous toute l’année, sauf pendant 4 semaines l’été.

« On accueille toutes les populations : des scolaires (par exemple les élèves des établissements privés), des apprentis, des jeunes adultes, des étudiants, des jeunes allophones (arrivés en France sans maîtriser le français, ndlr)… Cela permet de donner des conseils d’orientation à tous ces publics, même une personne de 50 ans peut venir, même des personnes non scolarisées comme les élèves décrocheurs. C’est gratuit et ouvert à tous, y compris le mercredi après-midi et pendant les petites vacances scolaires, périodes toujours très fréquentées. On se bat donc pour la défense d’un service public. Nos postes ne sont pas menacés mais on perd un lieu de travail collectif et nos missions risquent de changer » détaillent les 4 femmes.

Selon elles, une fermeture des CIO désorienterait également des demandeurs d’emploi qu’elles encadrent actuellement parce que Pôle Emploi les dirigent vers elles : « on les aide à dire quels types de formations ile peuvent demander. Nous sommes également identifiés par les Missions Locales. On a besoin de conserver des contacts de visu. Si demain on ne travaille que dans les établissements scolaires, on deviendrait spécialiste sur un établissement et on n’aurait plus de vision sur ce qu’il se passe ailleurs »

Les conseillères d’orientation que nous avons rencontrées redoutent aussi de passer sous la tutelle de la région, au lieu de l’Éducation Nationale : « nous redoutons d’être sous l’influence économique de la région, que chaque région fasse son propre service, qu’elles confondent orientation et communication en dirigeant les publics vers les emplois en tension qui ont un besoin de main d’œuvre immédiat. C’est compréhensible pour les adultes mais notre public est composé à 80% de jeunes et les conseils qu’on leur donne sont différents. On craint une restriction des ouvertures pour eux. »

Pour se faire entendre, les équipes des CIO de Touraine sont à nouveau invitées à manifester le 22 mai et ont demandé à pouvoir organiser un second rassemblement l’après-midi Place Jean Jaurès pour expliquer leurs missions aux passantes et aux passants.

Olivier Collet