Tours

Difficultés et espoirs des personnes obèses en Touraine

Où l’on parle de discrimination au travail, mais aussi d’activités qui redonnent le sourire.

Émilie Charron est la nouvelle présidente de l’association Ob’in Tours qui vient en aide aux personnes en surpoids d’Indre-et-Loire depuis 2015, en particulier celles qui se font opérer à la clinique de l’Alliance à St-Cyr-sur-Loire. Sa mission : écouter, accompagner et donner du tonus.

« L’enjeu c’est surtout de faire reconnaître l’obésité comme une maladie, passer le message que l’on n’est pas obèse par choix, que l’on ne reste pas cloîtré chez soi à manger devant la télé » explique Émilie, qui a été opérée il y a deux ans : « c’est trop top, c’est vraiment une nouvelle vie qui débute. Avant j’étais hyper essoufflée dès que je devais monter trois étages, je devais attendre 5 minutes pour retrouver une respiration correcte. Prendre l’avion c’était aussi compliqué, il me fallait presque deux sièges. Alors que maintenant j’ai une énergie débordante et j’ai pris l’avion en janvier sans problèmes. »

« Après l’opération, il ne faut pas baisser la garde »

Avant l’intervention, Émilie Charron pesait 180kg, « j’étais ronde dès l’enfance et j’ai atteint 110kg quand j’avais 20 ans » explique-t-elle. « Je les revendiquais, mais le regard des autres n’était pas toujours facile. » Au quotidien, elle a dû adapter ses habitudes : « Place Plume, j’orientais mes amis vers les bars où il n’y avait pas d’accoudoirs sur les sièges alors qu’aujourd’hui je ne réfléchis même plus à ça. » Des difficultés, elle en a aussi connues au travail : « j’ai ressenti la discrimination, j’ai eu du mal à trouver un CDI et j’ai déjà eu un CDD qui n’a pas été renouvelé à cause de mon poids. Ça se voyait que ma responsable avait une aversion pour les personnes obèses. »

Prise « dans une spirale infernale », la Tourangelle a réfléchi longtemps avant de choisir l’opération : « ce n’est pas magique, il y a aussi son lot d’inconvénients à ne pas prendre à la légère. Le rythme de vie change, il faut bien veiller au respect de son rythme alimentaire, penser aux collations, à faire régulièrement de l’activité physique et faire attention aux éventuelles carences en vitamines qui peuvent entraîner des maladies neurodégénératives assez graves. Il y a donc un suivi de santé à vie, ce n’est pas rien. » Néanmoins, pour Émilie, les choses semblent se dérouler dans le bon ordre, « l’important étant de garder un équilibre alimentaire sur 20 à 30 jours. Aujourd’hui je peux me faire plaisir, je n’ai pas envie d’aller vers la malbouffe mais je ne sens pas non plus frustrée quand je mange. » Elle reste par ailleurs vigilante : « on est en rémission, il ne faut jamais baisser la garde. Au-delà de 5 ans certaines personnes reprennent 20 à 30% du poids perdu voire tout. »

Deux journées pour informer sur l’obésité à Tours

Se baser sur différentes expériences pour aider un groupe à avancer ensemble : voilà comment fonctionne Ob’in Tours : « on est là pour ça, se retrouver entre nous, le soutien permanent est important » note Émilie Charron. L’association conseille les candidates à la chirurgie de l’obésité, organise régulièrement  des réunions avec des professionnels de santé (« on y parle des difficultés dans le couple, de la sexualité, de comment avoir une alimentation équilibrée… »), accueille une diététicienne végétarienne « car beaucoup de personnes ont les goûts qui se modifient et la viande finit par avoir du mal à passer » ou monte des opérations vide dressing et des ateliers socio-esthétiques.

Après avoir mis en place un atelier pilâtes il y a quelques semaines, Ob’in Tours souhaiterait proposer, dès septembre, un groupe de parole avec un(e) psychothérapeute, « étant donné que le suivi psychologique n’est pas encore remboursé par la sécurité sociale. » En lien avec les chirurgiens de l’Alliance, elle a travaillé pendant un an et demi sur un carnet de bord avant l’opération et souhaite un accompagnement obligatoire avant l’hospitalisation. Ce vendredi 18 et ce samedi 19 mai, elle prépare enfin deux jours d’animations en lien avec la Journée Européenne de l’Obésité. Ça se passera de 14h à 17h Place Anatole France avec la présence d’un coach sportif, d’SOS Kiné ou de diététiciennes. 5 jeunes en service civique proposent également un quiz sur la maladie, une tombola, un défi sportif et un flashmob sur du Daft Punk complètent la programmation (les répétitions sont d’ailleurs prévues ce mercredi 9 mai au Parc de la Perraudière à St-Cyr-sur-Loire).

Olivier Collet

Ob’in Tours a un site web et est joignable par mail : obintours@gmail.com