Tours

Concertation Tram B de Tours : et si on parlait du bus ?

Une réorganisation de la ligne 2 Tempo est également envisagée.

C’est la première grande étape avant le début du chantier de la deuxième ligne de tramway de l’agglomération tourangelle : la concertation publique est en cours et se termine le 8 juin. L’objectif c’est de récolter les avis des Tourangelles et des Tourangeaux sur les différents tracés envisagés pour relier La Riche à Chambray-lès-Tours à l’horizon 2025. Parmi les débats à trancher : un passage des rames par le Boulevard Béranger de Tours ou par le Boulevard Jean Royer et une desserte du CHU Trousseau directement via le site de l’hôpital ou sur l’Avenue qui passe juste devant. Pour vous exprimer, vous pouvez aller remplir les registres dans les 22 mairies de l’agglo, ou participer aux réunions publiques prévues du 16 au 23 mai (la liste complète des rendez-vous est disponible ici).

Si les questions autour du tram sont les plus commentées, il faut aussi savoir que la mise en service de la ligne B entraînera une nouvelle refonte complète du réseau de bus de Fil Bleu, comme celle qui a eu lieu en 2013, lors des débuts de la ligne A. Dans le dossier technique de la concertation publique, on trouve donc tout un chapitre au sujet du futur tracé de la ligne 2 Tempo.

Une ligne allant des Douets aux Atlantes

Actuellement, cette ligne de bus dite à haut niveau de service (BHNS) relie le CFA des Douets de Tours Nord au CHU Trousseau toutes les 7 à 10 minutes via La Petite Arche, l’IUT, la gare, l’Avenue de Grammont et le campus Grandmont. Mais avec l’hypothèse d’une nouvelle ligne de tram, sa partie sud deviendrait inutile car elle serait quasiment identique au tracé de la ligne B (il faudra juste prévoir des bus très réguliers passant devant la porte de la fac de science et devant celles des lycées Grandmont et Laloux vu que le tram s’arrêtera à quelques centaines de mètres de là).

Face à ce constat, la métropole a imaginé un nouveau tracé identique jusqu’à la Place de la Liberté mais qui dévie ensuite pour rejoindre les Atlantes via le Sanitas et la Rue Edouard Vaillant, l’objectif étant de transporter au moins 18 000 voyageurs par jour (jusqu’à 24 500 validations de tickets actuellement, soit 21 millions de voyages par an).

Un chantier de 35 à 61 millions d’euros

Pour circuler rapidement et régulièrement, un BHNS a besoin d’être prioritaire sur les axes qu’il emprunte. Cette nouvelle ligne 2 nécessiterait donc des aménagements de circulation et de stationnement complémentaires sur l’Avenue du Général de Gaulle et peut-être Rue Edouard Vaillant afin de faciliter la circulation des bus mais aussi des usagers comptant les emprunter (des aménagements sont imaginés pour les piétons et les cyclistes).

Toujours dans l’objectif de réduire la place de la voiture en ville, une variante à ce tracé est suggérée : elle consisterait à faire un détour après la traversée de la Loire via le Pont Mirabeau afin de créer un parking relais proche de la sortie Tours Centre de l’A10, ce qui pourrait encourager les automobilistes à sauter dans un bus pour aller en centre-ville plutôt que de s’engager sur le Boulevard Heurteloup. Par ailleurs, il est jugé plausible de faire passer le BHNS Rue Edouard Vaillant dès la gare et donc de ne plus aller Avenue de Grammont, une hypothèse qui pourrait faire baisser le nombre de voyageurs journaliers même si elle offrirait un gain de temps en direction de Rochepinard et une desserte régulière de la cité administratuve du Champ Girault. En terme de coût, la métropole table sur 35 millions d’euros sans le parking relais, 61 millions avec.

Des dessertes négligées ou oubliées ?

On notera que ce potentiel nouveau BHNS s’arrête aux Atlantes mais évite le parc expo situé pourtant juste à côté. On se dit alors qu’un prolongement aurait pu être envisagé jusqu’au lycée Becquerel via la Vallée du Cher, sur une voirie déjà quasiment adaptée. Même si la fréquentation des derniers arrêts serait  irrégulière (aux heures de cours pour Becquerel, lors des matchs et manifestations pour le parc expo et le stade), cela permettrait de supprimer des lignes de bus spéciales actuelles, et de rendre les transports plus attractifs pour la Foire de Tours ou le foot, ce qui n’est pas trop le cas actuellement (conséquences : des bouchons et des parkings saturés).

De plus, le terminus Nord actuel de la ligne 2 est déjà dans une zone peu dense à la fréquentation irrégulière (lycée Choiseul, CFA) : si c’est en place aujourd'hui d’un côté, on peut donc l’imaginer de l’autre d’autant plus que le projet présenté dans le dossier technique de la métropole prévoit 28 à 31 stations pour ce nouveau BHNS contre 37 pour celui en service actuellement. Il y a donc de la marge, vu que seuls 3 arrêts supplémentaires seraient nécessaires pour relier les Atlantes à Becquerel.

Olivier Collet

Et St-Pierre-des-Corps ?

Alors que le tram B évitera l’est de l’agglo ce que regrettent très vivement les Corpopétrussiens, la desserte de la Rabaterie et de la gare TGV par un BHNS avait été évoquée à de nombreuses reprises par les élus pour compenser l’absence du tram et améliorer les transports dans la ville jusqu’à la construction d’une troisième ligne. Force est de constater que l’on ne trouve pas du tout de trace d’un tel projet dans le dossier technique de la concertation publique, ni par exemple de variante de la nouvelle ligne 2 Tempo reliant les Atlantes à la gare. Un gros oubli ou un renoncement ?