Tours

Les camions et le gel ont abîmé la Place Plumereau

Les trous ont été rebouchés cette semaine.

Lundi et mardi, Tours Métropole a fait quelques travaux de bon matin Place Plumereau, au cœur du Vieux-Tours. Au pied des belles maisons à colombages, certains pavés ont été remplacés par du goudron… Ce n’est pas très beau, surtout en plein cœur du quartier historique de la ville, encore plus alors que c’est le début de la saison touristique, mais c’était nécessaire selon Patrick Robine du service voirie.

Le technicien de l’agglomération nous explique que la circulation des camions qui livrent les bars, restaurants et commerces en passant par la place, leurs manœuvres + le gel et le dégel de cet hiver ont entraîné une détérioration de certains pavés, du coup certains n’étaient pas bien fixés au sol, d’autres sont carrément partis ce qui pouvait entraîner des chutes de piétons.

Alors pourquoi avoir préféré remplacer ces pavés par une sorte de goudron que par des dalles neuves ? Là-encore Patrick Robine a une explication : si une opération de remise en état à l’identique avait été décidée, cela aurait entraîné un temps de pose et de séchage bien plus long (là, le chantier a été réalisé en deux matinées, de 6h45 à 9h, avant les ouvertures des différentes enseignes).

Limiter la circulation des véhicules lourds sur la place ?

Surtout, « ce type d'intervention aurait nécessité sur plusieurs semaines de limiter et de cloisonner la circulation des piétons et des véhicules avec pour effet de réduire fortement les emprises d'exploitation de la place. Ces travaux ne pouvant se faire qu'avec l'utilisation de divers type de matériels dont des brise-béton et engendrant quelques désagréments (bruit et poussières) » détaille le responsable du service voirie.

En attendant de pouvoir engager des travaux de plus grande ampleur – qui nécessitent une concertation avec les gestionnaires des réseaux enterrés (gaz, télécommunications…), Tours Métropole a donc utilisé un matériau identique à celui qui sert pour combler les nids de poule sur les routes, et tant pis pour l’esthétique (on est quand même loin du mélange goudron-pavés disgracieux de la Place de la Préfecture).

Ces travaux de printemps permettent, par ricochet, de se poser une question intéressante : serait-il possible de limiter la circulation de véhicules lourds sur la place tout en garantissant un bon service de livraison pour les commerces ? Car s’il faut refaire chaque année des pavés, cela pourrait finir par poser problème… La balle est dans le camp de la ville.

Olivier Collet