Tours

A Tours, Linkt espère 40 salariés d’ici deux ans

L’opérateur téléphonique en compte une dizaine aujourd’hui.

Son développement est presque aussi rapide que les connexions à la fibre qu’elle propose aux entreprises : ces derniers mois, la société Linkt recrute beaucoup. Elle compte environ 250 salariés en France… et 250 postes sont à pourvoir d’ici la fin de l’année sur l’ensemble du territoire.

A LIRE AUSSI : Les dernières nouvelles de Mame et de ses travaux

A Tours, l’entreprise a investi des locaux au 1er étage de la Cité de la Création et de l’Innovation (Mame) en décembre 2017 après quelques mois passés à la pépinière d’entreprise du Sanitas où elle s’est vite sentie à l’étroit. Aujourd’hui, ses bureaux sont encore remplis d’espaces vides mais ça ne devrait pas durer : le directeur local Bernard Bourin (un Tourangeau) envisage de monter quelques cloisons et de rajouter des postes de travail pour les futurs collaboratrices et collaborateurs.

Challenger Orange, Bouygues et SFR chez les pros

Linkt, c’est une société imaginée fin 2015, réellement active depuis 2017 et dépendant du groupe normand Altitude. « Le projet c’était de créer un opérateur télécom de toute pièce en un temps record avec l’ambition de devenir le 3ème ou 4ème interlocuteur pour les entreprises à l’horizon 2021, devenir donc l’opérateur alternatif de référence » résume Bernard Bourin.

La marque ne possède pas de réseau d’antennes ou de fibre : elle commercialise (en attendant d'autres développements) des abonnements Internet, téléphone fixe en utilisant les installations techniques des autres opérateurs auxquelles elle ajoute ses propres routeurs et des services personnalisés (gestion de standard, sécurité des réseaux, installation et dépannage…). « En général sur ce marché, les clients ne sont pas bien considérés » estime Bernard Bourin qui veut parier sur une forte présence humaine dans les villes où Linkt est présent afin que les professionnels aient toujours des contacts mais aussi pour aller démarcher directement les nouveaux clients potentiels.

Des recrutements dans le commercial, la technique, la chefferie de projets…

Depuis Tours, le directeur local de l’opérateur français gère donc des agences réparties sur plusieurs villes (Nantes, Strasbourg, Montpellier, Bordeaux, Avignon…) et commence à se faire un nom : il a obtenu le marché pour installer et gérer le réseau de la Dreamhack en mai au parc expo de Tours (le grand week-end autour du jeu vidéo), bosse cette semaine sur le Printemps de Bourges, a équipé Le HQ Boulevard Béranger et commence aussi à répondre à des marchés publics.

A LIRE AUSSI : Notre dossier sur l'économie numérique en Touraine sur 37 degrés

Le développement de Linkt étant annoncé comme exponentiel, les besoins en main d’œuvre sont conséquents, un site dédié a même été créé : « n’hésitez pas à envoyer des candidatures spontanées » lance Bernard Bourin qui recherche du monde dans la relation clients, la technique, la chefferie de projets… « On espère être 40 d’ici un an ou deux à Tours » nous dit-il, n’étant pas fermé sur les profils des candidats (même pour des métiers qu’il n’aurait pas imaginés) et comptant aussi développer l’alternance avec les écoles de commerce tourangelles (ESCEM et ESG).

Infos sur le site monjobchezlinkt.fr.

Olivier Collet