Tours

Le Diocèse de Tours demande l'évacuation du Bercail ouvert pour des demandeurs d'asile

Le bâtiment serait dangereux.

Depuis le 6 avril, une trentaine de demandeurs d'asile majeurs et mineurs squattent des locaux de l'église catholique dans le quartier Ste Radegonde de Tours. Ouvert par le collectif d'associations Résistance 37 qui en assure l'intendance, le bâtiment est composé de chambres, d'un lieu de vie et d'un jardin et le quotidien s'organise grâce à des dons. Avant d'y pénétrer, les bénévoles n'ont évidemment pas demandé l'autorisation au diocèse expliquant juste être "en contact" avec ses représentants.

Voir notre reportage dans les locaux du Bercail

Ce samedi, Mgr Aubertin s'est rendu sur les lieux et a fait parvenir un communiqué demandant une évacuation immédiate des lieux : "ce terrain, comportant une maison d'habitation et une chapelle, a été fermé depuis plusieurs mois. Il est destiné à être vendu et rasé car les bâtiments présentent des fissures et sont sur un terrain instable. Il est donc impératif de cesser l’utilisation de ce site de toute urgence" est-il écrit.

Le diocèse se dit par ailleurs "attentif depuis des années aux personnes à la rue" précisant avoir "déjà mis à disposition une maison et des logements dans divers lieux" mais dit ne pas vouloir "être instrumentalisé". "Nous appelons de nos vœux la concertation entre les différentes associations, l’État et les collectivités publiques, afin qu'elle aboutisse au plus vite pour que ces personnes, enfants mineurs d’abord, et adultes, soient prises en charge dans des conditions dignes" conclut le communiqué des représentants de l'Eglise à Tours.