Tours

Tours Métropole : le grand débat sur l’eau attendra

Le sujet a été évoqué vendredi par les élus.

Faut-il une grande régie publique pour s’occuper de la distribution de l’eau dans les 22 communes de la métropole de Tours ? Depuis plusieurs mois déjà, des associations ont engagé des démarches qui vont dans ce sens et continuent de s’inquiéter des reports de délégations de service public (Mettray, Joué, Chambray) ou des expertises mettant en avant les avantages d’une gestion des réseaux d’eau par le privé.

Vendredi soir, des bénévoles d’Eau Touraine étaient donc réunis devant le siège de l’agglomération aux Deux-Lions de Tours pour faire valoir leurs arguments auprès des élus. Une thèse également portée devant l’assemblée par la communiste Michèle Launay : « il faut bien commencer un jour sinon les DSP des communes vont se terminer les une saprès les autres sans que la métropole prenne le temps de mettre un service en place. Le traitement de l’eau est différent pour chaque commune, plaçant ainsi les usagers dans une très grande inégalité de traitement notamment au niveau de la tarification (0,78€ le m3 à plus de 2€ le m3 selon les communes, ndlr). C’est pourquoi il serait urgent d’acter une échéance proche de fin de l’ensemble des DSP pour réfléchir à un tarif unique ou une tarification progressive. »

En réponse, le président Philippe Briand a rappelé sa volonté de mise en place d’une grande régie publique de l’eau à l’échelle métropolitaine, « s’il n’y avait que moi il y a belle lurette qu’il n’y aurait plus qu’une seule régie » (aujourd’hui seules Tours, St Cyr, St Pierre et St Avertin en ont une) mais « on ne peut pas tout conduire en même temps » a-t-il ajouté pour expliquer que le sujet ne serait pas abordé tout de suite, notamment faute de moyens humains dans les services de l’institution (elle est encadrée par l’État sur ses dépenses de fonctionnement et ne peut pas recruter autant qu’espéré). Le débat devrait néanmoins être à l’ordre du jour en 2019.

Olivier Collet