Tours

MAME : Encore un an de travaux pour la Cité de la création et de l’innovation

Un restaurant et un espace pouvant accueillir 700 personnes sont annoncés.

Il y a du mouvement du côté de l’ex imprimerie Mame de Tours, dans le quartier des Bords de Loire : géré par Tours Métropole, le bâtiment de 1 450m² est devenu un vaste espace de coworking dédié au numérique et à l’innovation. L’agglomération croit en son potentiel, au point d’y avoir investi 20 millions d’euros. Relié à Orléans dans le cadre de la French Tech Loire Valley, le site est taillé pour l’accueil des jeunes pousses ou des boîtes en développement, jusqu’à ce qu’elles soient assez solides pour voler de leurs propres ailes dans des locaux indépendants.

3 ans après le lancement du dispositif, certaines sociétés commencent à passer à l’étape supérieure : présents à Mame depuis les débuts, les Code Troopers (qui développent des applications comme We Guide ou plus récemment Chapitô, dédiée aux festivals) viennent de passer des bureaux un peu inconfortables du rez-de-chaussée à un local hyper lumineux (avec baby foot) dans la Tour. Dans les étages, ils sont voisins avec l’ESTEN (école des métiers de l’édition, du journalisme et du numérique), un opérateur téléphonique pour les entreprises, une école pour développeurs web ou encore une antenne de l’Université de Tours qui développe des projets en lien avec la réalité virtuelle.

300 à 400 travailleurs sur le site à terme

Selon Tours Métropole, à ce jour, on recense 150 personnes qui travaillent à Mame, et elles sont réparties dans 40 entreprises (il est bon de noter que beaucoup de ces travailleurs sont indépendants et précaires, le nombre de salariés n’a pas pu nous être communiqué). « A terme, l’objectif est d’avoir 300 à 400 personnes sur le site » détaille Valérie Sécheret qui pilote le dossier au sein du service économique de l’agglomération.

A lire aussi : notre dossier sur l’économie numérique en Touraine sur 37 degrés

Pour arriver à ce chiffre, il va falloir achever les travaux de requalification des anciens ateliers. Si l’ensemble est un peu plus présentable qu’il y a quelques mois (plus de peinture fraîche, un espace de coworking dans un aménagement « quasi définitif » et des verrières toutes propres pour faire passer la lumière), il reste encore le gros œuvre pour retravailler les façades du bâtiment, mais aussi plusieurs aménagements à achever sur la partie « Ateliers » au rez-de-chaussée.

Un restaurant avant la fin de l’année

« On entre dans la dernière phase du chantier » précise Thibault Coulon, vice-président de la métropole en charge de l’économie numérique. Le dernier permis de construire vient d’être délivré et les appels d’offres sont en cours pour débuter les opérations d’ici le mois de juin : les travaux vont alors durer environ un an, jusqu’à l’été 2019 pour aménager un grand espace de conférences capable d’accueillir 300 personnes mais aussi un restaurant ouvert au public, des équipements à priori opérationnels avant la fin de l’année. Pour le reste « on va reconstituer le bâtiment comme en 1953, sa date de construction » expliquent les élus.

L’ambition finale est de faire de Mame une super pépinière d’entreprises soutenant des projets capables de montrer que Tours est une ville qui compte sur la carte de la France numérique. A ce titre, l’installation de la Wild Code School (créée à La Loupe dans le 28 et déjà présente à Orléans) ou l’arrivée d’une entreprise comme La Mobilery qui a déjà 10 ans d’expérience sont présentées comme de bons signaux.

Le Château : une deuxième promotion du programme d’accélération

On notera que toutes ces structures signent des baux précaires d’un an pour l’occupation de leurs locaux, le but étant qu’elles restent au maximum 4 ans sur place avant de laisser leurs bureaux à d’autres, la métropole se laissant la possibilité de ne pas reconduire une convention pour forcer le processus de renouvellement « mais toujours en accompagnant les chefs d’entreprises pour trouver des solutions » nous précise-t-on.

Pour les aider à grandir plus vite, des programmes comme Le Château ont été imaginés. Il s’agit d’un accélérateur de startups via un accompagnement de 5 mois. Après une première édition du programme l’an dernier, la seconde démarre et vient de sélectionner 8 projets à booster en 2018 dont les Tourangeaux de Géovélo, Welcomr (spécialiste du contrôle d’accès) ou Happiness Watchers (basé à Chambray-lès-Tours).

Olivier Collet

Un lieu d’exposition au dernier étage ?

Dans le cadre du plan de rénovation de Mame, Tours Métropole réfléchit à ce qui se fera au tout dernier étage du bâtiment, dans les locaux vitrés avec vue sur la Loire. Si l’installation d’un restaurant avait été évoquée pendant un moment, l’idée n’est plus du tout à l’ordre du jour : « ce ne sera pas un lieu dédié à l’économie » tranche l’élu Thibault Coulon lui préférant un espace publique à vocation culturelle, « je souhaiterais que l’on puisse y présenter des expositions » ajoute-t-il. En revanche aucune date n’est avancée, car le chantier s’annonce complexe à réaliser.