Tours

Tours et ses Francos-Gourmandes reviendra avec Tours Evénements

Et au passage le festival pourrait changer de nom.

 Après une première édition organisée en direct par La Cité de la Gastronomie qui avait fait appel à la société Morgane Productions (Les Francofolies de La Rochelle, Le Printemps de Bourges...) pour l'épauler, le festival « Tours et ses Francos-Gourmandes » reviendra bien pour une deuxième édition mais sous une nouvelle forme.

Lors de son assemblée générale en février dernier, l'association « Tours, Cité Internationale de la Gastronomie » annonçait un retour de l'événement par son biais pour le week-end du 15 septembre 2018. Finalement, l'organisation de ce festival est confiée à Tours Evénements, une volonté de la ville de Tours et du maire Christophe Bouchet : « la question de l'organisateur s'était déjà posée l'an passé et nous avions choisi Morgane Production mais aujourd'hui il nous paraît naturel que la partie événementielle du projet de la Cité de la Gastronomie soit portée en local par Tours Evénements qui a une expertise dans ce domaine » explique le maire de Tours.

L'an passé, les Francos-Gourmandes s'étaient déroulées lors du week-end des Journées du Patrimoine et s'étaient articulées autour de plusieurs axes dont les deux soirées concerts sur la grande scène de la place Anatole France avec entre des « battles de chefs » face au public. Un événement qui grâce à sa multiplicité avait attiré du monde (30 000 visiteurs annoncés par les organisateurs) mais qui avait peiné à fédérer en son nom propre, l'événement s'accolant autour d'événements extérieurs déjà porteurs : Convergences Bio, 150 ans des Halles, festival de la BD...

On devrait en savoir plus sur la nouvelle mouture de ce festival dans les prochaines semaines, à commencer par la date de sa tenue (certains évoquent un possible décalage en 2019). Il est possible également que le festival change de nom, Les Francos-Gourmandes étant une marque co-détenue par Morgane Production (qui avait déjà porté ce festival par le passé à Tournus, en Bourgogne) et La Cité de la Gastronomie.

Un transfert qui s'articule dans une refonte plus générale du projet de la Cité de la Gastronomie explique le maire de Tours.

A lire à ce sujet sur 37 degrés : La Cité de la Gastronomie a-t-elle du plomb dans l’aile ?