Tours

Denis Schwok toujours en procédure contre Tours Evénements

L'ancien directeur de Tours Evénements a refusé la conciliation proposée concernant ses indemnités de départ.

La semaine dernière en Conseil Municipal de Tours, le maire Christophe Bouchet évoquait un arrangement dans le litige opposant Tours Evénements à son ancien directeur Denis Schwok. Rappelons que ce dernier devait quitter la structure gérant le Vinci et le Parc des Expositions à la fin de l'année 2017. A l'automne dernier, le montant de son départ pour Tours Evénements (plus de 950 000 euros avec les charges pour Tours Evénements) avait surpris beaucoup de monde, y compris le nouveau maire de Tours, Christophe Bouchet, qui avait bloqué le versement de la somme. Denis Schwok avait alors saisi un avocat pour porter l'affaire aux Prud'hommes.

Cette somme importante comprenait les indemnités de départ de l'ancien directeur ainsi que des montants liés aux événements qu'il avait créé ou amené à Tours lors de ses années à la tête de la société d'économie mixte.

Une conciliation a donc eu lieu entre les deux parties (rappelons que la ville de Tours est majoritaire dans la société Tours Evénements) au cours de laquelle la somme totale liée au départ (le coût pour Tours Evénements) était ramenée à hauteur de 600 000 euros au lieu du million d'euros initial a expliqué le maire de Tours. Une conciliation au cours de laquelle il a été proposé à Denis Schwok d'assurer une année de transition dans l'organisation de l'American Festival qu'il avait lui même créé, chose qu'il a refusé. Quant à la somme annoncée par Christophe Bouchet en Conseil Municipal, Denis Schwok affirme n'avoir jamais eu une telle proposition au cours de la conciliation.

Denis Schwok actuellement en arrêt maladie a par ailleurs reçu sa lettre de licenciement et quittera définitivement Tours Evénements début juin, une fois la période de préavis terminée.

Ce dernier se refuse à plus de commentaires, la procédure aux prud'hommes étant toujours en cours (elle sera jugée à la fin du mois de juin).

Mathieu Giua

photo : Denis Schwok / image d'archives