Tours

Tours : la hausse des dépenses de communication critiquée

Au cours d'un Conseil Municipal qui aura duré plus de neuf heures, les élus de la ville de Tours ont débattu puis voté le budget 2018 de la commune. Un budget particulier puisque le premier de Christophe Bouchet en tant que maire. L'occasion pour ce dernier de donner le cap de sa mandature. Un budget particulier également puisque encadré par l'Etat dans le cadre de la contractualisation avec les grandes collectivités qui impose une limitation des dépenses de fonctionnement à hauteur de 1,2% par rapport à l'année précédente. Et c'est justement à ce double titre que la politique en terme de communication et la hausse des dépenses liées a été critiquée.

Lire également : Les chiffres clés du budget 2018

Le débat sur le budget n'aura pas révélé de grandes lignes de fractures hier dans la salle du Conseil Municipal de Tours. Si l'opposition n'aurait pas fait forcément les choix que ceux de la majorité (l'opposition a d'ailleurs voté contre le budget, sauf le FN qui s'est abstenu), c'est dans les détails que les critiques se sont faites les plus virulentes.

En première ligne, la hausse des dépenses de communication depuis l'arrivée de Christophe Bouchet à la tête de la ville. Des dépenses qui passent entre 2017 et 2018 de 864 000 euros à 1 233 000 euros.

C'est Emmanuel Denis qui a lancé les hostilités à ce sujet, se disant "inquiet de ces dépenses et je me demande si ces dépenses ne préparent pas la campagne de 2020" s'est interrogé l'élu écologiste.

Pierre Commandeur (groupe Les Démocrates) lui a emboîté le pas : "Au moment où on va supprimer 22 postes sur la commune, je trouve regrettable en terme de symboles que l'on arrive à cette somme là."

"Vous pouvez pas nous reprochez d'un côté de ne pas assez communiqué et de l'autre de trop dépenser en communication" a rétorqué le maire de Tours. "La communication est la première arme de la concertation et la co-construction" a-t-il argumenté avant de montrer un graphique comparant le budget de communication par habitant dans les villes de même strate. Un graphique où Tours se retrouve en queue de peleton avec 8,9 euros dépensés par habitant et par an en communication, contre plus de 100 euros parfois ailleurs. "0,74% du budget de la ville est consacré à la communication vous ne pouvez pas dire que l'on en fait trop".

Des arguments qui n'auront pas convaincu Xavier Dateu, qui était déjà intervenu à ce sujet le mois dernier lors du rapport des orientations budgétaires. "D'un côté on est astreint au 1,2 et de l'autre on privilégie des dépenses de communication, c'est difficilement vendable parce que ce sont des dépenses pour les élus et non pour les Tourangeaux" a déclaré l'ancien adjoint aux sports englobant dans le même lot la hausse des frais des fonctionnement des groupes d'élus qui passe de leur côté de 101 000 euros en 2017 à 239 000 euros en 2018. Une hausse que Christophe Bouchet avait justifié précédemment par le recrutement d'un deuxième collaborateur de groupe pour la majorité et d'une hausse des moyens pour les autres groupes politiques du Conseil Municipal.