Tours

Ils dénoncent "l'agression publicitaire" à Tours

Deux actions menées par le collectif Résistance à l'agression publicitaire à Tours (Rapt)

Le collectif Résistance à l'agression publicitaire à Tours (Rapt) a mené deux actions samedi 24 mars dans le centre-ville de Tours. Deux actions qui s'inscrivaient dans le cadre de la "journée mondiale contre la publicité". A Tours ces actions faisaient également suite à une précédente début février dans le quartier des Deux Lions.

Ce que reprochent les militants : la trop grande présence de la publicité dans le quotidien via notamment les affichages publicitaires présents un peu partout, ce qu'ils appellent la "sur-publicité". "Chaque personne reçoit en moyenne entre 500 et 3000 messages publicitaires par jour. Des messages manipulateurs qui relaient des idéologies néfastes : sexisme, ethnocentrisme, jeunisme, matérialisme, conformisme, violence. La publicité pousse ainsi à la consommation dans un mépris total des réalités humaines, écologiques, et sociales." expliquent-ils dans un communiqué.

Leur double action de samedi s'est traduite tout d'abord par le recouvrement de 23 panneaux publicitaires, remplacés par des baches noires avec messages. Plus tard dans la soirée, le collectif a de nouveau agit sur une action d'un autre type  puisque centrée sur les enseignes lumineuses. Les militants ont éteint 31 de ces enseignes lumineuses qui étaient restées allumées à la fermeture des commerces. Rappelons que depuis le 1er juillet 2013, les commerces et bureaux ont l’obligation (théorique) d’éteindre leurs publicités, enseignes lumineuses  et vitrines entre 1h et 6h.

Une mesure que le collectif aimerait qu'elle soit étendue, ces derniers demandant que "ces extinctions prennent effet à la fermeture des commerces et que de véritables contrôles soient menés afin que la réglementation soit respectée. Rien ne justifie en effet que des magasins et bureaux fermés continuent à gaspiller une énergie rare et précieuse".

Mathieu Giua