Tours

Expos, bonne cuisine et événements : l’anniversaire du CCCOD en 9 photos

102 000 visiteurs de plus de 70 nationalités ont poussé ses portes en un an.

Le CCCOD est le lieu culturel le plus visité de la ville de Tours et ce dès sa première année d’existence. Ouvert en mars 2017 (et inauguré à l’époque par le président de la République François Hollande), il a attiré 83 000 curieux jusqu’à fin décembre, dont 20 000 le premier mois. C’est plus que le Musée des Beaux-Arts (63 000 visiteurs de janvier à décembre), mais aussi que le Château de Tours ou le Muséum d’Histoire Naturelle.

Mieux, en 12 mois, 102 000 personnes sont venues voir les expositions présentées dans la Nef, la Galerie Noire ou la Galerie Blanche, sans compter celles qui sont juste passées profiter du Café Contemporain (qui propose d’ailleurs des brunchs depuis quelques semaines le dimanche).

102 000 visiteurs en un an (dont 5 000 étrangers venus de 71 pays), c’est un poil plus que l’objectif affiché de 100 000 entrées annuelles. Mais attention : l’effet de curiosité joue beaucoup. Le CCCOD a ainsi attiré beaucoup de monde lors des opérations gratuites (inauguration, Nuit des Musées et Journées du Patrimoine). Au final, 40% des entrées ont été offertes. Et le directeur des lieux Alain Julien-Laferrière sait qu’il faut du temps pour fidéliser et élargir son public. Il n’exclut donc pas une baisse de 20% de la fréquentation pour 2018 et donne rendez-vous au bout de 3 ans pour un véritable point d’étape sur les capacités du Centre de Création Contemporaine, une réflexion qu’il détaille dans notre interview long format publiée sur 37 degrés.

Info Tours.fr vous propose un retour en images sur la première année d’existence du CCCOD…

 

1 Installé dans le Jardin François Ier en Haut de la Rue Nationale, le CCCOD est un (beau) bâtiment à 15 millions d’euros avec notamment une Nef immense capable d’accueillir des expositions monumentales. Selon Alain Julien-Laferrière, 42 projets sont à l’étude pour s’y installer.

 

2 La première exposition présentée dans la Nef était la chambre d’huile de Per Barclay (Norvège), donnant une impression de vertige. Un succès fou, et l’occasion de jolies photos en fonction de la luminosité.

 

3 Actuellement, c’est Klaux Rinke qui a installé de grandes jarres mélangeant les eaux de plusieurs fleuves européens (dont la Loire). L’exposition est visible 24h/24 depuis l’extérieur, mais aussi dans la journée en hauteur depuis le Café Contemporain pour un angle inédit.

 

4 Entre deux expositions, la Nef peut aussi accueillir des événements comme un défilé de mode ou bientôt une soirée autour de Kraftwerk.

 

5 La Galerie Noire, qui a accueilli les jeunes artistes norvégiens puis le Coréen confirmé Lee Ufan est aujourd’hui dédiée à Cécile Bart. Coupée de la lumière du jour, elle intrigue les artistes autant qu’elle les attire. Plusieurs d’entre eux étaient réticents à l’idée de s’y installer avant – finalement – de se laisser convaincre.

 

6 A l’étage, la Galerie Blanche permet de présenter des œuvres monumentales comme ce tableau d’Olivier Debré, peintre tourangeau qui donne son nom à l’institution. Ses 6 plus grandes toiles seront prochainement exposées ensemble pour la première et la dernière fois.

 

7 Modulable, changeant de forme à chaque nouveau projet, le CCCOD a accueilli jusqu’à 5 expositions simultanées, notamment celle-ci visible depuis l’extérieur fin 2017…

 

8 Au 1er étage, le Café Contemporain a vite su attirer les amateurs de bonne cuisine avec des recettes créatives, une ambiance chaleureuse et de bons produits.

 

9 Lors des vernissages ou des opérations comme la Nuit des Musées, le CCCOD affiche souvent complet. 3 500 pass ont été vendus (pour une ou deux personnes), 42 entreprises en offrent à leurs salariés. Pour attirer toujours plus de nouveaux publics, le site organise des ateliers pour les enfants le week-end et pendant les vacances scolaires. Parmi ses projets : des nocturnes plus tardives le jeudi soir, une librairie enrichie et agrandie ou le retour de la terrasse estivale au pied du bâtiment.