Tours

Droits des femmes : mobilisation générale en Indre-et-Loire

Manifestation, animations, rencontres... Riche programme en ce 8 mars.

Tous les ans, le 8 mars est une journée consacrée aux droits des femmes et à cette occasion il y a un grand catalogue de rendez-vous et manifestations en Indre-et-Loire...

Le premier d'entre eux est organisé par le Planning Familial à Tours, de 11h à 17h. Stands, expositions, animations seront installés autour de l'Icaravane, un bus au graphisme très attractif, ludique et modulable. Entre 15h et 16h, le groupe de danse Dance Hope, composé de danseuses venues de différents quartiers de Tours (Maryse Bastié, Sanitas, Fontaines, Tours Nord etc.) donnera une représentation, en présence d'élus de la Ville et du Département, ainsi que de la préfète Corinne Orzechowski que nous avons rencontrée à cette occasion.

La préfète justement... Dans la matinée elle se rendra chez ST Microelectronics, entreprise membre du réseau Egalité 37 depuis 2010. 45% des 1 400 personnes employées par la société sont des femmes. Un accord d'entreprise pour le développement de l'emploi féminin a été signé dès 2008 et renouvelé l'an dernier.

Le midi, Corinne Orzechoski déjeunera avec des femmes fonctionnaires avant de se rendre à la gare puis, en soirée, de réaliser une intervention devant le Club des Femmes de l'Association des Maires d'Indre-et-Loire qui débattront du thème "les femmes dans la république", alors que les élues sont encore minoritaires dans notre département. Ce sera d'ailleurs la première réunion officielle de ce Club des femmes dont la création a été annoncée fin 2017. Il est coordonné par Isabelle Sénéchal, maire de St-Laurent-en-Gâtines. 80 femmes en sont membres.

Autre initiative : celle de la métropole de Tours. Autour de Philippe Briand et de la députée Sophie Auconie (qui s'exprime longuement sur le sujet des droits des femmes ici sur 37 degrés), accueilleront "des femmes de tous âges, de tous horizons et de toutes professions qui par leur engagement personnel ou associatif et la qualité de leur travail participent au rayonnement de la Touraine." Ce sera à 18h.

Un peu plus tard en mairie de Tours, on notera la réception du collectif Prenons la Une, dont l'objectif est de militer ia une charte pour un traitement médiatique des violences plus juste.

Dans un communiqué publié cette semaine, le collectif suggère notamment aux journalistes de "mener des enquêtes rigoureuses et de longue haleine reposant sur plusieurs témoignages directs de victimes déclarées pour dévoiler d’autres cas de violences faites aux femmes. Dans la rédaction finale, veiller à protéger l’anonymat des sources. (...) Employer un vocabulaire précis et adapté (éviter les termes “drame passionnel” ou “faire des avances”). Eviter les raccourcis qui entretiennent la confusion, telle la une du Figaro Magazine selon laquelle “on ne peut plus draguer”, quand il s’agit en réalité de harcèlement sexuel."

Prenons la Une "s’étonne par ailleurs de la décision prise par la chaîne télé LCP de réintégrer un journaliste ayant fait l’objet d’une plainte pour agression sexuelle, alors que la victime déclarée a, quant à elle, démissionné. Nous appelons à une réflexion collective des médias sur les règles à appliquer dans de telles situations et suggérons qu'à tout le moins, un journaliste mis en examen pour violences sexuelles soit systématiquement suspendu en attendant la décision définitive."

A 18h, un rassemblement est prévu Place Jean Jaurès à Tours afin de dénoncer les violences sexistes et sexuelles, alerter sur les stéréotypes de genre, refuser les inégalités au travail en termes de salaires, de carrière, de temps de travail et leurs conséquences sur le montant des retraites ou encore dénoncer les conséquences de la répartition inégalitaire des tâches domestiques sur la vie des femmes (on en parle ici).

Un autre rassemblement est prévu samedi à l'appel du collectif 8 mars 37, ce sera de 14h à 18h Rue Nationale. A travers différents stands, les associations participantes "aborderont différentes sphères de lutte où les inégalités ne sont encore que trop présentes, telles que la santé, l’éducation, le travail, la sphère publique et les violences faites aux femmes." Au programme notamment : un "bingo" des clichés sexistes.

Enfin dans un autre domaine, l'événement Vinifemmes propose "de venir découvrir à la Villa Rabelais les richesses du monde viti-vinicole vue par des femmes" avec des viticultrices, maître de chai ou caviste. Au menu : table ronde sur la perception du travail des femmes dans le monde viticole, dégustation de vins. Le projet est à l'initiative d'un groupe d'étudiantes en Licence Professionnelle Commercialisation des Vins. Elles donnent rendez-vous de 18h à 21h à la Villa Rabelais de Tours, Boulevard Béranger (la Cité de la Gastronomie). Entrée libre.