Tours

Procès des Mariages Chinois : la cour d'appel alourdit les peines

La fin d'une affaire qui a empoisonné la ville de Tours

L'affaire des mariages chinois a connu son épilogue ce mercredi 21 février avec le verdict rendu par la cour d’appel d’Orléans. Dans cette affaire qui a secoué la ville de Tours pendant plusieurs années et qui aura été à l'origine du suicide de l'ancien maire de Tours, Jean Germain, lui-même alors mis en examen, restaient quatre prévenus qui avaient fait appel des condamnations prononcées en première instance par le tribunal de Tours.

Sans surprises, la cour d'appel d'Orléans a suivi les réquisitions de l’avocate générale qui avait réclamé des peines plus lourdes qu'en première instance.

Lise Han, absente ce jour du tribunal orléanais est finalement condamnée à quatre ans de prison dont un avec sursis et mise à l'épreuve. Elle écope également de 20.000 euros d'amende et d'une interdiction de gérer une entreprise. Un mandat d'arrêt a été délivré à son encontre. En première instance Lise Han, avait écopée d'un an de prison ferme. Son mari, Vien Loc Huynh, accusé d'avoir servi de prête-nom est condamné à un an de prison avec sursis et d'une interdiction de gérer une entreprise.

Pour les autres accusés, François Lagière, ancien chef de cabinet de Jean Germain est condamné à deux ans avec sursis et 10.000 euros d'amende. Une peine assortie d'une interdiction d'exercer dans la fonction publique durant 3 ans.

Enfin, Jean-François Lemarchand, ancien directeur de l'office de tourisme, est le seul à voir sa peine réduite. Il est néanmoins condamné à un an avec sursis et 5000 euros d'amende.

Photo : Lise Han lors du procès en appel. (c) Mag Centre