Tours

Cité de la Gastronomie : La Villa Rabelais comme vitrine

Les travaux vont débuter en 2018

Depuis septembre 2016, l'association Tours, Cité Internationale de la Gastronomie, présidée par Emmanuel Hervé, a trouvé son écrin au sein de la Villa Rabelais. Ce site du 116 boulevard Béranger, qui a notamment abrité autrefois la fac de droit, regroupe une bâtisse du XIXe siècle, mais aussi des bâtiments plus récents donnant sur la rue Victor Hugo, le tout sur 3 000m²

Seule une partie est opérationnelle aujourd'hui : la bâtisse et ses 1 000 m², occupés par l'association mais aussi l'IEHCA (Institut Européen d'Histoire et des Cultures de l'Alimentation) et le Pôle alimentation de l’Université de Tours. Un bâtiment qui accueille par ailleurs des rendez-vous plus ou moins réguliers (salon de la photographie culinaire, masterclass avec des chefs...). Une première étape appelant la seconde, à savoir l'aménagement de l'ensemble du site qui devrait permettre à la Cité de la Gastronomie et à la Villa Rabelais de devenir plus visibles pour le grand public.

Relire notre article à ce sujet : Cité de la Gastronomie : comment la rendre plus populaire ?

L'assemblée générale de l'association qui s'est tenue en début de semaine était donc l'occasion pour Emmanuel Hervé de lever le voile sur le calendrier à venir pour la Villa Rabelais. L'objectif qui avait été annoncé au départ étant une mise en service progressive de l'ensemble du site pour être entièrement opérationnel début 2019.

Les travaux sur le bâtiment Victor Hugo vont donc démarrer en 2018 a annoncé le président de la cité de la Gastronomie. Ils devraient s'étaler au moins jusqu'à l'été 2019 et peut-être jusque début 2020. 

Les différents pôles de la Villa Rabelais (brochure de la Cité de la Gastronomie)

Rappelons que le projet sur ce bâtiment est de faire en rez-de-chaussée un espace "Food Cultures", comprenant un café et de la restauration (plutôt légère), tandis qu'au premier étage des cuisines d'applications et une école de cuisine sont prévues. Enfin le dernier étage sera dédié aux formations en lien avec l'Université de Tours.

De l'autre côté, dans la bâtisse du XIXe siècle, la médiathèque gourmande doit voir le jour également. Enfin au centre du site, le jardin comestible et sensoriel doit faire le lien entre les deux bâtiments et devrait être aménagé en septembre 2018.

Une phase importante pour l'association qui à défaut d'avoir opté pour un lieu totem majeur comme Dijon ou Lyon, se doit de faire vivre ce lieu en le rendant attractif et d'en faire sa vitrine sur la ville...

L'info en plus : Le festival Tours et ses Franco Gourmandes reviendra pour une deuxième édition en 2018

Après une première édition qui avait suscité des critiques notamment sur la part des financements publics, mais que l'association et la Mairie de Tours avaient jugée positive au final, le festival Tours et ses Franco Gourmandes reviendra dès 2018 pour une seconde édition. Celle-ci se tiendra de nouveau lors du week-end des Journées du Patrimoine afin de capitaliser sur la population toujours nombreuse à se balader en ville à cette occasion.

Le concept restera le même avec la mise en place d'une scène gratuite place Anatole France pour des concerts entremélés à des joutes culinaires. Il y aura un espace aux Halles de Tours (Le Miam des Halles), mais aussi la labelisation d'événements existants (Marché Convergences Bio, Le festival de la BD "A Tours de Bulles"...).

Quelques nouveautés également dont un partenariat avec l'association Le Vieux Tours Dynamique qui amènera à des animations place Plumereau.

Reste maintenant à trouver les financements pour ce rendez-vous qui se tiendra du 14 au 16 septembre. Rappelons que la première édition a eu un coût de 380 000 euros, financé à hauteur de 57% par les collectivités. Le week-end avait rassemblé 30 000 personnes sur l'ensemble des sites a annoncé Emmanuel Hervé.