Tours

Tours : les nouvelles modalités de stationnement dévoilées

En Conseil Municipal ce lundi soir.

Le maire de Tours l'a annoncé la semaine passée : la gratuité du stationnement à Tours prendra fin le lundi 19 février. Rappelons que cette gratuité temporaire avait été causée par la suspension de la réforme sur le stationnement suite à plusieurs problèmes techniques mais aussi une gronde généralisée depuis sa mise en place au 1er janvier dernier. Si bien que mi-janvier, Christophe Bouchet annonçait sa suspension, le temps de revoir la copie.

Après avoir multiplié les rendez-vous, dont dernièrement avec les commerçants, Christophe Bouchet a annoncé, suite à une question de l'élu d'opposition Pierre Commandeur, les grandes lignes du stationnement "nouvelle génération" ce lundi soir en Conseil Municipal.

Parmi les choses qui ne changent pas :

  • La durée maximum de stationnement qui reste fixée à 2h.

  • Les tarifs votés en décembre dernier (1,90 euros maximum par heure)

  • Le montant de l'amende (Le fameux FPS) si le stationnement dépasse les deux heures : 25 euros (20 euros si paiement immédiat).

Principal changement en revanche, dorénavant le stationnement de deux heures est renouvelable autant de fois que l'automobiliste le souhaite. En clair vous pouvez vous garer à une place, prendre un ticket de deux heures et revenir au bout de deux heures reprendre un ticket et ainsi de suite...

En clair, si vous vous affranchissez du ticket à l'horodateur (ou via une application mobile dédiée), vous pouvez rester si ça vous chante, plusieurs jours de suite (attention à la douloureuse par contre). En revanche si au bout de deux heures vous ne reprenez pas un ticket, vous devrez vous affranchir du FPS de 25€.

Une réforme nouvelle version donc, qui n'a guère séduit l'opposition au Conseil Municipal. Pour Pierre Texier (élu communiste), "cette décision est catastrophique, cela va inciter les gens à rester à la même place toute la journée, enfin pour ceux qui en ont les moyens. Cela va créer donc une disparité au niveau de l'accès entre les citoyens mais aussi un problème de saturation". Un faux argument pour Christophe Bouchet : "je crois qu'au tarif de 1,90 euros de l'heure, les gens ne resteront pas la journée entière. Les parkings souterrains seront moins chers pour cela."