Tours

Des changements à venir pour la Foire de Tours ?

Le nouveau directeur de Tours Événements réfléchit à des évolutions.

Il ne compte pas toucher aux fondamentaux de la manifestation mais imagine bien la rajeunir. Arrivé en fin d’année dernière à la direction de Tours Événements, Christophe Caillaud-Joos, 53 ans, va progressivement mettre sa patte dans le calendrier des manifestations organisées et accueillies par la société, dont la Foire de Tours, l’un des rendez-vous les plus emblématiques de l’année (2,5 millions d’€ de chiffre d’affaire) et l’un de ses chantiers prioritaires.

Intégrer le club des grandes foires françaises

Pour 2018, la Foire de Tours est programmée du 4 au 13 mai. On estime qu’elle devrait rassembler entre 200 000 et 300 000 personnes. Mais combien exactement, on n’a jamais vraiment su. « Cette année on va compter précisément » nous annonce Christophe Caillaud-Joos qui veut aussi adhérer au cercle regroupant les organisateurs des principales foires françaises : « on est la 5 ou 6ème foire de France en terme d’exposants, cette instance regroupe 12 grandes villes qui ont leurs foires et nous n’y sommes pas. » Son objectif en rejoignant ce groupe : échanger avec les autres pour réfléchir à des évolutions.

Christophe Caillaud-Joos parle bien d’évolutions, pas de révolution. Il sait bien qu’un tel événement populaire ne peut pas se permettre de bousculer trop vite les habitudes de ses visiteurs. Il veut néanmoins y apporter progressivement de la modernité, en allant par exemple s’inspirer du CES de Las Vegas, le plus grand salon de l’innovation du monde.

Plus de technologies à la Foire

Parmi ses pistes : mettre en avant les entreprises digitales tourangelles qui lancent de nouveaux produits en leur donnant un espace d’exposition sur la Foire de Tours : « on doit être une vitrine de ce qu’il se fait à Tours. » Mais pas question pour autant de mettre de côté les fondamentaux, du Balai Magique aux canapés en passant par l’incontournable village gastronomique. « A la Foire, on vient rechercher une pointe d’exotisme. On fait un peu un pied de nez aux grandes surfaces. »

« La Foire ça peut être moderne » poursuit le directeur de Tours Événements qui travaille sur le lancement d’une application et sur l’installation de QR Codes ou d’écrans tactiles dans les allées du parc des expositions pendant l’événement afin d’inciter les visiteurs à faire plus de découvertes, par exemple à aller dans les halls s’ils ne fréquentent que les stands gastronomiques.

Une décoration améliorée

Christophe Caillaud-Joos compte également améliorer la décoration de la Foire de Tours. Son thème 2018 sera le Maroc, et il voudrait que ça se voit partout : « on ne va pas cantonner le Maroc dans un endroit mais créer une signalétique partout pour dire que c’est la Foire du Maroc. » Par ailleurs, il ne veut pas insister uniquement sur les aspects « folkloriques » du pays mais aussi sur ses « atouts économiques ». Il planche donc sur l’organisation d’un mini congrès professionnel entre Marocains et Français en marge de la Foire pour créer des rencontres et des opportunités de business, « afin d’attirer une population de chefs d’entreprises qui se demandent ce que l’on peut faire avec le Maroc. »

Cette initiative va dans le sens de l’ambition globale du directeur de Tours Événements qui veut que ses manifestations rapportent de la richesse pour faire fructifier l’économie tourangelle, y développer le tourisme d’affaire mais surtout dégager des bénéfices afin de rénover le Parc Expo et le Vinci. Il nous en parle plus en détails sur 37 degrés.

Olivier Collet