Tours

Réforme du stationnement à Tours : "du gâchis" pour l'élu Pierre Texier

Il réagit à la désactivation des horodateurs.

Depuis ce mardi 16 janvier, les horodateurs de la ville de Tours sont provisoirement inutiles. Plus de risque de se prendre un PV (ou FPS, son nouveau nom) si l'on reste tout l'après-midi sur une place Rue des Halles : la mairie a suspendu la réforme du stationnement et rendu les parkings des rues gratuits jusqu'à nouvel ordre à cause de nombreux dysfonctionnements depuis la mise en place des nouveaux tarifs le 2 janvier.

Parmi les critiques : des horodateurs compliqués à utiliser ou des salariés chargés de la verbalisation (25€ en cas d'infractions) qui pénalisaient avant même que l'automobiliste n'ait eu le temps de récupérer un ticket. Une fois les soucis réglés et un système simplifié mis au point, se garer en ville redeviendra payant, et c'est toujours une société privée qui sera chargée de vérifier que les règles sont respectées.

Ex adjoint au maire en charge du stationnement à Tours, le communiste Pierre Texier, membre du groupe Tours à Gauche du conseil municipal, revient sur ce feuilleton... Selon lui, le nouveau système de stationnement payant est "le révélateur d’un énorme gâchis" :

"Au mois de septembre, la majorité municipale a fait le choix de confier l’ensemble de la surveillance et de la gestion à un prestataire privé. Le service municipal de surveillance du stationnement payant a été démantelé avec la suppression d’une vingtaine de postes (transformé en "brigade de la propreté", ndlr). Ce choix politique a été un choix quasiment dogmatique au prétexte que les gens qui avaient géré le système depuis des dizaines d’années n’avaient pas les compétences pour mettre en œuvre la réforme et qu’il aurait fallu créer des emplois pour cela.

J’ai demandé plusieurs fois en conseil municipal et en commission une étude comparative sur la dimension économique afin de comparer le coût de la gestion publique et celle de la gestion privée. Je n’ai jamais obtenu de réponse et je pense que cette étude n’a jamais été faite. La majorité considérant que cela coûterait moins cher avec le privé. Un autre choix pouvait être fait, celui de renforcer le service public, de donner le temps de la formation et d’améliorer la technicité et les compétences des agents concernés. (...)

L’annonce du Maire de Tours de suspendre le dispositif mis en place va coûter cher à la ville et ne règle rien. C’est aussi un gâchis énorme sur le plan humain puisque la ville s’est séparée de l’équipe de surveillance et qu’elle n’a donc plus les moyens d’agir sur le terrain. Enfin, pour la mise en œuvre de la nouvelle loi, la concertation et l’information de la population ont été négligées. Les conseils de la vie locale auraient pu être informés, une campagne de communication avec dépôt de dépliants sur les véhicules en stationnement aurait pu être mise en place" estime Pierre Texier.