Tours

Gros moyens pour le déménagement du service de néonatologie vers l’hôpital Bretonneau

Une vingtaine de bébés ont été transféré ce mardi.

Les motards de la police nationale stationnent dans l’entrée du CHU Clocheville de Tours ce mardi… Depuis 7h10 du matin, ils sont mobilisés pour ouvrir la route aux ambulances du SAMU qui emmènent vers Bretonneau tous les bébés hospitalisés dans le service de néonatologie. Installé jusqu’ici dans le bâtiment Jules Verne, construit à la fin du XIXème siècle, ce dernier quitte les couloirs étroits et les murs jaunis pour emménager dans un beau bâtiment tout neuf dont la construction s’est achevée cet été, après deux ans de chantier.

Un nouveau bâtiment à 14 millions d’euros

Désormais, fini les transferts de nourrissons nés à Bretonneau vers Clocheville. Les bébés prématurés ou ayant besoin de soins importants après leur naissance pourront être hébergés avec leur maman ou leur papa dans un bâtiment de deux étages répondant aux dernières normes environnementales et accolé à la maternité Olympe de Gouges : deux passerelles relient les deux constructions. Débuté fin 2015 et chiffré à 14 millions d’euros, le chantier a pris fin en août 2017 (une partie a été financée par l’opération Pièces Jaunes). Depuis, les équipes du CHU de Tours ont préparé la quarantaine de chambres, installé les 2 millions d’euros d’équipements neufs, nettoyé à fond l’édifice et pris leurs marques pour que tout fonctionne correctement dès cette semaine.

Transférer un service, qui plus est celui qui prend en charge des jeunes enfants souvent en couveuse, c’est une logistique extrêmement importante. Rien qu’un exemple : il a fallu doubler toutes les équipes de soignants sur l’ensemble de la journée ce mardi afin qu’il y ait à la fois des médecins et des infirmières dans les couloirs de Clocheville avec les patients sur le départ mais aussi des soignants pour accueillir les arrivants sur Bretonneau. Un peu de stress, forcément, quelques incompréhensions pour le fonctionnement du matériel aussi, mais globalement les choses semblaient se passer dans la douceur, avec même une certaine décontraction du côté de Clocheville.

Un service de 43 lits avec 170 personnels

Au départ, le déménagement était prévu pour s’étendre sur deux journées, finalement tout a été achevé en une douzaine d’heures car le service était moins rempli que prévu (environ 50% des lits occupés soit 21 bébés). Les urgences venant des cliniques tourangelles ou d’autres établissements de la région avaient par ailleurs été préventivement déroutées vers d’autres hôpitaux afin de ne pas perturber les opérations sur Tours.

Les transfèrement se font un par un. A l’entrée des anciens locaux de Clocheville, une maman un peu stressée suit du regard les équipes hospitalières en train d’installer son petit bébé prématuré dans une couveuse spécialement prévue pour le transport dans l’ambulance. Les gestes sont précis, le petit garçon né juste avant Noël avec plus de deux mois d’avance part avec un médecin et une infirmière dans un véhicule du SAMU. Sa maman suit derrière puis le retrouve une demi-heure plus tard dans sa nouvelle chambre avec porte automatique, écran de contrôle à l’extérieur… Un espace plus large, plus doux : pour l’aménager en amont, médecins ou infirmières ont pu faire part de leurs souhaits via des chambres témoin qui ont permis de valider l’organisation des équipements. Au total, près de 170 personnes y interviennent. Les premières sont arrivées il y a environ 2 semaines avec les premiers cartons.

Le lactarium va aussi être transféré

Comme à Clocheville, le nouveau service de néonatologie de Bretonneau compte un peu plus de 40 lits : 16 en réanimation, 9 en soins intensifs, 18 en soins continus. Les chambres sont individuelles, comportent toutes des lits pour les parents et certaines (3) peuvent accueillir des jumeaux. Les équipes du CHU de Tours nous indiquent aussi avoir fait un gros travail sur l’acoustique, afin de réduire les bruits importants dans ce type de service hospitalier. Des vestiaires, sanitaires et douches ainsi que des casiers sécurisés sont disponibles pour les familles. Deux salons des familles et des espaces pour allaiter ont été aménagés à chaque étage + un lieu de vie et de détente de 51m².

On notera qu’un autre déménagement d’ampleur est programmé dans une semaine : cette fois c’est le lactarium ou Centre de Nutrition qui va quitter Clocheville pour rejoindre Bretonneau à son tour. Préparant 113 000 biberons par an pour les petits, notamment grâce aux femmes qui donnent leur lait, il s’agit là aussi d’un autre service essentiel de l’hôpital tourangeau qui va bénéficier de locaux tout neufs. 1 066 litres de lait ont été distribués sur Clocheville pour l’année 2016.

Concernant le bâtiment Jules Verne du Boulevard Béranger, il ne va pas rester désaffecté. Il est trop vétuste pour des patients mais reste suffisamment fonctionnel pour accueillir des consultations. Ce sera le cas dans les prochaines semaines une fois le départ complet du matériel de néonatologie. « On est en train de transformer Clocheville » nous résume le directeur des opérations François Guépin. Même s’il fermera d’ici une dizaine d’année dans le cadre du plan de modernisation du CHU, l’hôpital pour enfants du centre-ville a encore du temps devant lui. De quoi permettre d’y développer des projets comme l’ouverture d’un service de chirurgie ambulatoire d’ici deux mois.

Olivier Collet

Pour découvrir le déménagement de la néonatologie en images, rendez-vous sur 37 degrés.