Tours

CHU de Tours : "l'humain est oublié au profit d'une politique de chiffres"

Le personnel en grève du service neurochirurgie a interpellé les usagers devant Bretonneau.

 

En grève depuis le 28 décembre, le personnel soignant du service de neurochirurgie du CHU de Tours a passé la journée de vendredi 05 janvier devant l'hôpital Bretonneau, boulevard Tonnellé, pour alerter et interpeller les usagers de l'hôpital sur leur mouvement de contestation.

Depuis fin décembre, ils sont en effet mobilisés contre la restructuration de leur service et notamment la fermeture de l'hospitalisation de semaine, soit 8 lits (deux dans le même temps sont ouverts en hospitalisation complète). Une fermeture couplée à la suppression de 12 postes. Une restructuration qui prend effet au 1er février et qui entre dans le plan "Hopital 2026" du CHU de Tours (plan qui conduira à la fermeture totale à terme de 400 lits).

Devant l'entrée de Bretonneau, Nadia, aide-soignante de nuit, explique aux personnes entrant ou sortant de Bretonneau, tract en main, les conséquences des changements à venir. "Nous essayons de faire comprendre que nous ne nous battons pas seulement pour notre job, mais surtout pour les patients qui seront les premiers concernés et premières victimes de la restructuration" explique-t-elle.

"Il n'y aura désormais plus qu'une aide soignante pour 30 lits, accompagnée de deux infirmières, comment voulez-vous que les patients soient correctement pris en charge ?" interroge Nadia. "C'est impossible dans ces conditions de répondre à l'immédiateté de leurs besoins. Comment faire quand cela nécessite parfois d'être deux pour emmener un patient aux toilettes par exemple ?"

Pour l'aide soignante, "c'est l'humain qui est oublié au profit d'une politique de chiffres". Une situation qu'elle dénonce, craignant une hausse des tensions avec les patients, mais aussi une baisse de moral de ses collègues. "Nous faisons plus qu'un job, nous travaillons avec passion parce que nous nous engageons pour que les patients soient les mieux accueillis possible et là on nous dit simplement que nous n'aurons qu'à faire au mieux, tout cela est forcément démotivant".

Soutenus par la CGT et Sud, le personnel demande de revoir la politique de baisse du nombre de postes, mais aussi une amélioration des conditions de travail avec notamment le remplacement systématique des absences.

crédit photo : Collectif Santé 37