Tours

Romain, de Tours aux îles Fidji

Une semaine après le dénouement de la dix-huitième saison de Koh Lanta, Romain, l’aventurier tourangeau, revient sur son aventure et son difficile retour à la réalité.

Quand on entre dans l’Atelier 57, salle de sport située face à l’opéra de Tours, on aperçoit dans un premier temps de nombreux appareils. Après quelques pas, on découvre Romain, en train de discuter avec Sébastien, son associé. Derrière son comptoir, il nous lance en rigolant : « Alors, de quoi va-t-on parler ? » Après la réponse, de votre aventure aux Fidji, Sébastien s’exclame : « Ah bon, tu as fait Koh Lanta toi ? »

Après s’être confortablement installé dans le canapé, le coach sportif explique que l’envie de participer à Koh Lanta lui est venue il y a un an et demi, au cours d’une discussion entre amis.« Je voulais me changer de mon quotidien. J’ai parfois besoin de me lancer des défis. Ça tombait plutôt bien. »

Les Français découvrent ainsi le Tourangeau lors de la diffusion du premier épisode, le 1er septembre dernier. Un épisode dans lequel il s’est vite illustré. À peine arrivé, il est en effet désigné par son équipe pour aller chercher les cinq kilos de riz, face à Thomas. Grâce à sa victoire, il accède au paradis perdu, d’où il revient avec un demi collier d’immunité. Conscient de son potentiel, ce début en fanfare ne lui donne pas plus confiance. « Il faut faire attention parce que, forcément, quand on montre son potentiel dès le début on peut vite être mis en danger », affirme-t-il. Et pour cause. Dès la réunification, Romain ne passe pas loin de la sortie face à Marvyn.

Et ce n’est pas la première fois puisque l’épreuve du puzzle lors de l’épisode 4 a bien failli avoir raison de lui. « C’était une épreuve surprise. On est arrivé sur la plage et on pensait que c’était pour la recomposition des équipes. Et là, il y a eu cette épreuve pour les cinq qui étaient allés sur le paradis perdu. Je suis passé à trois secondes de l’élimination », se souvient Romain. Lors de cette épreuve, les aventuriers doivent reconstituer un puzzle. Les deux premiers deviennent les capitaines des nouvelles équipes et le dernier est éliminé sur le champ. « C’était stressant parce qu’on était à peine à 10 jours d’aventure. Alors, on se dit “pourquoi nous ?” L’un de nous allait sortir comme ça, sans conseil. C’est un peu dur mais c’est Koh Lanta. Il y a beaucoup de surprises. »

Se sentir en danger ne lui fait pas changer de stratégie pour autant. « Je suis un homme de parole. Effectivement, je suis allé à Koh Lanta pour gagner mais je voulais sortir avec une belle image. Je ne voulais donc pas mettre un coup de poignard à mes alliés de début pour aller plus loin », assure l’ancien aventurier. Discret, il souhaite rester lui-même, comme celui qu’il est dans la vie de tous les jours. « Si j’avais joué un rôle j’aurais fait n’importe quoi. Et puis, il y a une vie après Koh Lanta et je n’avais pas envie qu’on me croise dans la rue après et qu’on me dise “tu as fait si, tu as fait ça, ce n’est pas bien”. »

Des alliés de taille

Et, pour aller le plus loin possible dans l’aventure, il peut compter sur ses alliés de la tribu Makawa, l’équipe des rouges.

Arrivé sur le camp plus tard que les autres suite à son passage sur le paradis perdu, Romain redoutait son entrée dans l’aventure. « Souvent quand on arrive le dernier il y a déjà des affinités qui sont faites donc ça peut être assez compliqué. Mais on s’est tous bien entendu. Dès la première nuit on se racontait des blagues. Il y avait une super ambiance, tout le monde mettait la main à la pâte. Franchement on était sur une plage magnifique, le coucher de soleil de dingue. C’était top ! », se rappelle-t-il.

« On a gagné beaucoup d’épreuves en équipe ce qui m’a peut-être aussi sauvé », reconnaît-il. Avec la réunification et l’arrivée des épreuves individuelles, la pression est tout de même montée d’un cran, d’autant que certains rouges, Fabian et Maxime, décident de changer de stratégie, malgré le pacte passé au début de l’aventure. « Ils ont semé un peu la zizanie et à la réunification ils ont voulu me sortir. » Pas rancunier, le Tourangeau relativise : « C’est un jeu. Ceux qui ont voté contre moi, je ne leur en veux pas. C’était leur stratégie et ça n’a pas payé car ils sont sortis avant moi. »

Durant l’émission, Romain crée de forts liens avec certains membres des Makawa comme Sébastien, Mélanie, Sandrine ou Marguerite. « Tous les cinq on était vraiment très proches. Après la réunification on était comme les cinq doigts de la main. » Des personnes dont il n’a jamais douté et avec qui il est toujours en contact.

Cette confiance les uns envers les autres est visible dès le premier jour, quand Romain décide de révéler à son équipe la découverte de son demi collier d’immunité. « J’ai pris cette décision parce que je veux être tout de suite honnête avec eux. À l’époque j’avais un demi collier, je n’avais pas encore le collier en entier. Je leur ai dit que si je récupérais l’autre moitié, ça pouvait me sauver moi mais ça pouvait aussi sauver un membre des rouges. » C’est d’ailleurs ce qu’il se passe quand il se sauve en même temps que Marguerite lors de la semaine des binômes. « Durant ce conseil, je me sentais en danger. Je n’ai pas voulu prendre de risque et je n’ai pas voulu faire prendre de risque à Marguerite. »

Des moments privilégiés avec les Fidjiens

Si avec son équipe, Romain gagne de nombreuses épreuves d’immunité, il profite aussi avec eux de quelques belles récompenses après les victoires sur les jeux de confort, notamment la visite d’un village fidjien ou le partage d’un repas avec une famille fidjienne. « C’est sans doute l’un des plus beaux souvenirs de Koh Lanta. On arrivait à un stade où ça commençait à devenir compliqué. On manquait de sommeil, de nourriture, j’avais déjà perdu pas mal de poids. Partir du camp, voir des familles, des enfants, jouer avec eux… On a eu un accueil exceptionnel. Vous n’avez pas tout vu mais j’ai joué au rugby avec les enfants, on est allé dans les champs avec la famille, on a dîné avec eux. Le soir on est allé se coucher dans une petite maisonnette en paille, c’était super. Le lendemain matin, on a accompagné les enfants au bus scolaire, comme si j’accompagnais mes enfants à l’école. Ça fait vraiment du bien. »

Ces récompenses permettent de rebooster les aventuriers, ce qui est essentiel dans une aventure où le mental est primordial et prime parfois sur le physique. « Je me réveillais plusieurs fois par nuit. Au fur et à mesure que je perdais du poids j’avais les membres complètement engourdis et des fourmillements dans les jambes. Quand on dort dans le sable, ce n’est pas très agréable. » Celui qui a finalement perdu onze kilos au cours de son aventure se souvient : « Je marchais à deux à l’heure. Quand il fallait aller chercher du bois c’était la mission. Quand il y a des nuits compliquées avec de la pluie, on se réveille mais on n’a pas récupéré. » Avant de résumer : « Si la tête lâche, on ne va pas loin. »

Le compétiteur tourangeau, lui, n’a jamais abandonné jusqu’à son élimination, au 36e jour d’aventure. Mais, après une épreuve de lancers de noix de coco perdue à une demi seconde et une épreuve d’immunité ratée, son destin n’est plus entre ses mains. « Ca a été compliqué. Au bout de 36 jours, aux portes de la finale, je m’y voyais. Sur l’épreuve d’immunité j’ai à peine bougé et le sceau est tombé. C’était assez bizarre mais c’est le jeu, il faut accepter la défaite », concède-t-il.

Seul homme restant dans la compétition, Tiffany et Magalie, ex-jaunes protégées toutes les deux, préfèrent le voir partir : « À la fin du conseil, elles m’ont dit “on a voté contre toi parce qu’on te voyait courir partout à l’orientation, tu nous faisais peur pour la suite”. »

Romain avoue alors que la supériorité numérique des rouges tout au long de l’aventure l’a peut-être pénalisé : « Au moment où j’ai gagné le confort avec chocolat et massage, j’aurais peut-être dû choisir le paradis perdu. Avec le recul, c’est vrai que j’ai eu un peu trop la confiance à la fin mais quand on nous propose un gâteau au chocolat et une séance de massage alors que ça fait 36 jours qu’on ne mange pas c’est un peu compliqué de choisir le paradis perdu. »

Bon joueur, le coach sportif admet avoir été surpris de voir trois jeunes sur les poteaux. « Mais s’ils y étaient c’est qu’ils le méritaient », constate-t-il. Avant de commenter la victoire d’André, tout sourire : « C’est quelqu’un de super, qui a la tête sur les épaules. Je suis très content pour lui. Même s’il s’est reposé pendant trois jours ! Non, je rigole ! »

 

 

Retrouvailles émouvantes et dur retour à la réalité

Romain retrouve finalement ses proches après 52 jours sans nouvelle. « Ça a été assez émouvant de revoir ma femme et mes enfants. Il me tardait de les retrouver. Je me suis aperçu que ma famille me manquait énormément et que j’avais besoin d’eux, de mes proches. Je ne peux pas vivre sans tout ça », confie-t-il.

Son meilleur souvenir reste d’ailleurs la réception de la lettre de sa famille. « Au bout de 27 ou 28 jours d’aventure, j’ai ouvert le courrier, j’ai vu la photo de mes enfants et de ma femme. C’était hyper touchant. C’est le seul moment où j’ai craqué. Avant, je n’ai pas voulu montrer mes émotions aux autres mais là je ne pouvais plus. »

Après l’euphorie des retrouvailles, vient le retour à la réalité. « Pendant trois bonnes semaines ça a été compliqué, je conduisais à deux à l’heure.J’étais encore un peu perché sur mon île. » La réalimentation aussi a été difficile puisque, durant l’aventure, l’estomac rétrécit énormément en peu de temps. Romain poursuit : « Dès qu’on voit de l’alcool ou de la nourriture on a envie de tout prendre sauf qu’on n’arrive pas à digérer normalement. » Le candidat explique alors avoir dû prendre des comprimés pour les maux de ventre, le temps que son corps d’adapte de nouveau.

Si sa vie n’a pas changé depuis son retour, Romain admet qu’il voit désormais certaines choses différemment. « Je prends plus mon temps pour analyser les choses. J’essaie d’être plus cool, avec mes enfants aussi. Je suis quelqu’un de très droit dans l’éducation de mes enfants, peut-être que maintenant je suis un peu plus souple », explique-t-il. Avant d’ajouter : « Ça nous apprend également certaines valeurs. On se dit qu’on est tellement heureux avec tout ce que l’on a. Il faut relativiser à certains moments de la vie. »

Après une aventure exceptionnelle au bout du monde, Romain se sent prêt à repartir si on lui proposait : « Je pense que ce serait un Koh Lanta all star, avec les anciens. Ce serait beaucoup plus compet donc, moi qui suis un compétiteur, je pense que j’y retournerais. »

Emilie Mette