Tours

Le Conseil Municipal de Tours en bref

Quelques sujets qui ont agité les débats...

 

Tours Evenements : solder la période Denis Schwok et regarder de l'avant

Dossier épineux du moment, Tours Evénements et les indemnités de départ notamment de Denis Schwok, directeur de la structure détenue par la ville à hauteur de 83,5%. Ces indemnités, d'un montant de près d"1 million d'euros, entraînent un exercice 2017 en déficit avec une perte de 862 000 euros (relire notre premier article à ce sujet).

Etonnant pour l'élu d'opposition Nicolas Gautreau (Les Démocrates) qui s'interroge sur "comment ce bug a pu se produire". Christophe Bouchet n'a pas souhaité s'étendre sur la question au motif "qu'un différend aux Prud'hommes était en cours". Le maire de Tours a tout juste mentionné des "contrats remontant parfois à 15 ans qui peuvent apparaître aujourd'hui douteux."

Quoi qu'il en soit, cela ne devrait pas remettre en cause l'avenir de Tours Evénements, le budget 2018 estimant un bénéfice de l'ordre de 350 000 euros. 2018 qui sera la première année de gestion du nouveau directeur Christophe Caillaud-Joos. Ce dernier a déjà prévu des modifications dans le planning événementiel. "Nous avons pris la décision de supprimer certaines manifestations en fonction de leur déficit" a justifié Christophe Bouchet. "Cela ne veut pas dire que nous supprimons toutes les activités déficitaires financièrement, parce que certaines comme l'American Tours Festival, pourtant déficitaire, amènent à la ville une attractivité avec des spectateurs venant de loin. Cela a un impact sur le territoire." En revanche, le rendez-vous électro, les Fourchettes Soniques, déficitaire de 200 000 euros ne sera plus organisé en raison d'un manque d'attractivité extérieure.

Un chemin que pourrait suivre les courses Nascar en 2019, une fois le contrat liant l'organisateur à la ville terminé. "Je ne suis pas favorable au Nascar mais nous devons honorer le contrat" a rappelé Christophe Bouchet en réponse à Emmanuel Denis (EELV). Le maire de Tours en a profité pour annoncer un événement Nascar en 2018 avec ses surprises : "ce que je peux vous dire c'est que nous voulons aller vers quelque chose de rock'n roll mais aussi de moins polluant".

Une transformation vers des courses de voitures électriques serait-elle possible dès cette année comme l'avait suggéré dans une interview le nouveau directeur de Tours Evénements ?

Le dossier des casernes devrait bouger au cours du 1er trimestre 2018

Avec le projet du haut de la rue Nationale (lire notre article à ce sujet), c'est l'autre chantier d'urbanisme que l'opposition aimerait voir avancer un peu plus vite. Un projet de création d'éco-quartier sur l'ancien site des casernes militaires, dont on peine aujourd'hui à voir les avancements depuis la signature avec l'Etat du transfert du terrain l'an passé (relire notre article sur 37 degrés).

"Je reprends les dossiers en main depuis deux mois. Laissez moi encore un trimestre et vous verrez des changements" a répondu Christophe Bouchet à l'opposition, tout en rassurant sur le fait que le projet de nouveau Centre de Chorégraphie National de Tours n'était pas remis en cause non plus. Le rendez-vous est pris.

La cuisine centrale chauffe les esprits

C'est au détour d'un voeu proposé en toute fin de séance par le groupe "Tours à Gauche" que les esprits se sont echauffés lors de ce conseil municipal. En cause, le voeu présenté par Emmanuel Denis pour souhaiter (et inscrire dans le marbre) le maintien en régie publique de la cuisine centrale de Tours (relire nos articles à ce sujet). Un voeu que l'élu écologiste a terminé en remettant au maire de Tours les signatures de la pétition qu'il a lancé en compagnie de Convergences 37 (avec 1500 signatures à la clé sur le net + 500 recueillies devant les écoles).

La méthode a agacé la majorité, et notamment l'élue en charge de la question Barbara Darnet-Malaquin qui a reproché à Emmanuel Denis "d'attiser les peurs", "de mentir aux Tourangeaux", et "de dépasser [ses] droits"... "Il faut que vous arrêtiez vos procès d'intention" a répondu de son côté Christophe Bouchet qui pour la première fois en tant que maire est sorti de son calme. "Nous n'évacuons aucune décision contrairement à ce que vous faites croire. La preuve nous menons actuellement une réflexion pour voir si nous pouvons mutualiser la cuisine centrale avec celle du CHU et donc la maintenir en régie publique".

Une question qui aura agité les débats pendant une bonne demi-heure houleuse (et qui ne sera finalement pas mise au vote par le maire de Tours), avant que tout le monde ne quitte ce dernier conseil de l'année en se souhaitant de bonnes fêtes...