Tours

Projet Porte de Loire : « on voit un peu le bout du tunnel »

Une réunion est prévue ce mercredi pour fixer le calendrier du chantier du haut de la Rue Nationale.

Pas la peine de chercher les engins de chantier ou les ouvriers à Porte de Loire : c’est toujours le calme plat sur le haut de la Rue Nationale à Tours, là où deux grands hôtels du groupe Hilton devaient théoriquement pousser avant l’été 2019. Des commerces et des logements sont aussi prévus mais le chantier peine à se lancer. Déjà plus d’un an de retard par rapport au calendrier initial (à l’origine on annonçait un début des opérations en septembre 2016), et on ne connait toujours pas la date d’arrivée des fameuses grues à l’heure où nous écrivons ces lignes.

A LIRE AUSSI :Haut de la Rue Nationale, les grues se font attendre

Héritier de ce projet porté par l’ancien maire Jean Germain et poursuivi par Serge Babary, le nouveau maire de Tours Christophe Bouchet a désormais la difficile mission de suivre le dossier et surtout de faire en sorte d’en démêler les nœuds. Le sujet est sensible : d’un côté il y a les Tourangeaux qui s’impatientent mais aussi ceux qui sont contre les constructions et qui aimeraient bien les voir abandonnées. Bref, la municipalité est un peu critiquée de toutes parts et traîne un peu ce projet comme un boulet.

A LIRE AUSSI :L'analyse des plans

Comme si ça ne suffisait pas, ce chantier à l’arrêt suscite des rumeurs. Il ne se passe pas une semaine sans qu’une nouvelle théorie sorte du chapeau pour expliquer l’immobilisme de cette zone de 4ha laissée à l’abandon. Conscient qu’il faut faire de la pédagogie pour éviter que la situation ne s’envenime davantage, Christophe Bouchet distille prudemment quelques informations…

A LIRE AUSSI : les recours retardent le chantier

Ce mardi, à la veille d’un conseil municipal où le sujet figure à l’ordre du jour via la présentation d’un rapport, l’élu s’est voulu rassurant : « on voit un peu le bout du tunnel. » Et de poursuivre : « c’est un sujet de travail quotidien. Le premier trimestre 2018 sera décisif pour l’obtention d’une date ferme de début des travaux. On devrait par ailleurs avoir un horizon dans les jours qui viennent. Une réunion est prévue ce mercredi avec tous les acteurs pour fixer un calendrier. »

A LIRE AUSSI : Ce qui est prévu une fois le chantier terminé

Clairement, ce qui coince, ce sont les recours lancés par des riverains et associations pour s’opposer au projet… « On veut se donner toutes les chances de ne pas voir les opérations arrêtées pendant la construction à cause d’aléas juridiques. Il vaut mieux commencer les travaux quand on sera sûr de les terminer, il faut que les bases soient solides » précise Christophe Bouchet, promettant une nouvelle fois de donner plus de détails une fois que l’affaire sera officiellement réglée. En attendant, il a donné un indice : la nature juridique de ce projet à 20 millions d’euros va être modifiée pour le consolider. Pas plus de précisions pour l’instant, la suite au prochain épisode.

Olivier Collet