Tours

L’histoire prodigieuse de Florian, l’As du cor à Tours

A 13 ans, l’élève du Conservatoire sera sur France 2 dès le 23 décembre.

Florian Le Bleis est bien un ado de 13 ans : il écoute du rap, il est un peu désorganisé, pas forcément très causant… Mais il suscite le respect et l’admiration : « ses performances sont équivalentes à celles d’un pro » glisse son professeur du Conservatoire de Tours, Arnaud Delépine. Car Florian est un corniste hors pair, qui impressionne chaque fois qu’il sort son instrument. Son talent a même séduit les équipes de l’émission Prodiges de France 2 qui l’ont choisi pour participer à la 4ème saison de ce concours permettant de découvrir de jeunes virtuoses du classique.

Un an après la victoire du Tourangeau Marin (et sa clarinette), le programme du service public va donc de nouveau mettre en lumière un élève du Conservatoire de Tours, ainsi que son instrument : le cor. Et ça, c’est une première ! « Ce n’est pas un instrument très connu et cela va permettre aux gens de le découvrir. On l’entend beaucoup dans des musiques de films sans forcément savoir qu’il s’agit du cor. Là, les téléspectateurs vont voir que c’est joli et que ce n’est pas seulement pour la chasse » raconte le collégien.

Florian a commencé le cor à 7 ans

Originaire de Montoire-sur-le-Loir (dans le Loir-et-Cher), Florian est arrivé au Conservatoire il y a deux ans, en 5ème. Du coup, il passe ses semaines dans une famille d’accueil de Tours pour bénéficier d’un enseignement avec horaires aménagés et rentre dans sa famille le week-end. Le cor, c’est son quotidien : environ 3h par jour du lundi au vendredi, mais aussi le samedi à la maison. « J’ai commencé quand j’étais en CE1 avec Rodolphe Genesta-Pialat. Mes parents m’avaient proposé de faire un instrument, j’ai été à une exposition pour voir celui qui me plaisait et j’ai choisi le cor. En le regardant, je trouvais ça joli et quand j’ai entendu le son – chaud, doux et assez rond – j’ai trouvé ça encore plus beau. »

Florian et son professeur Arnaud

Avec une mère flûtiste, un frère qui a tenté la trompette et une sœur adepte de la clarinette, Florian perpétue d’une certaine manière la tradition familiale. Ainsi, il lui arrive de jouer aux côtés de sa maman et de sa grande sœur au sein de l’Harmonie de Montoire, ou de faire des duos avec sa sœur pour le plaisir. En tout cas, plus le temps passe, plus le jeune homme progresse. Depuis deux ans, il étonne tout le monde : « c’est le meilleur dans la précocité » affirme Arnaud Delépine, également membre de l’association A Tours de Cors qui existe depuis l’an 2000 (autant dire qu’il sait de quoi il parle).

Humble et timide, Florian a du mal avec tous ces honneurs : « je n’ai pas forcément envie d’être le meilleur… J’ai juste envie de travailler, de progresser souvent. Des fois c’est difficile et ça marche plus ou moins bien mais on essaie tout le temps d’aller chercher des sensations même si parfois il faut beaucoup de temps avant de trouver la solution, » Sous l’œil complice mais exigeant de son professeur, l’élève le reconnait : « parfois je dois me booster mais jamais je ne me dis que je dois ‘encore’ aller travailler. »

Un avenir professionnel tout tracé ?

Il y a peu de temps, le jeune musicien faisait juste du cor pour le plaisir. Aujourd’hui, ses désirs se précisent et il envisage très clairement d’en faire son métier. Il a fait un premier grand concert en mai en soliste aux côtés de l’Orchestre d’Harmonie de la région Centre-Val de Loire, il a joué avec l’ensemble orchestral du 41 en octobre, il participera bientôt à un événement avec la maitrise de la cathédrale de Tours puis à une création pour six cors en janvier… Enfin, il est attendu le 23 juin au Grand Théâtre de Tours le 23 juin 2018 avec l’Harmonie de la ville. Ça commence à faire une jolie liste !

Quant à l’émission télé, après avoir envoyé une première vidéo l’an dernier (sans succès), il a retenté sa chance au printemps 2017, sur les conseils de son enseignant. Sélectionné par la production, il a tourné les deux numéros de la 4ème saison de l’émission à Strasbourg en août dernier, devant un millier de personnes invitées au Zénith de la ville. Le thème de sa prestation ? Le cinéma. Sans dévoiler l’issue du concours, il évoque une belle expérience, une chance et se souvient de belles rencontres. On en saura plus dès le 23 décembre en première partie de soirée  dans le programme présenté par Marianne James.

Olivier Collet