Tours

Bonne nouvelle : le Volapük a reçu sa subvention tant attendue

Le petit théâtre du quartier Blanqui est rassuré.

Il y a quelques semaines, le Volapük alertait sur sa situation… Situé près des cinémas Studio, le lieu culturel de la Rue Lobin, géré par l’association VPK, a perdu la subvention de la Direction Régionale des Affaires Culturelles. Sans ces 20 000€, impossible de poursuivre sereinement ses activités (résidences d’artistes, spectacles de sorties de résidences, accueil d’avant-premières, participations à des festivals…). Pour 2017, le déficit était estimé à 5 000€… Pas insurmontable mais cela créait de trop grosses incertitudes pour l’avenir, et menaçait l’existence de ce théâtre d’une cinquantaine de places prisé des artistes.

Du coup, le Volapük a lancé une grande mobilisation auprès de ses financeurs et du monde culturel… La mairie de Tours (qui le finance habituellement à hauteur de 24 000€) a rallongé sa subvention et une collecte a déjà permis de rapporter 2 500€. Un premier pas, et ce n’est pas tout…

Ce lundi, dans une newsletter au ton plutôt enjoué, l’équipe de VPK annonce que la DRAC a débloqué une enveloppe exceptionnelle pour le Volapük : « 15 000€ », nous précise Aurélie Boussat, la salariée de l’association. « Nous sommes restés en contact permanent avec la DRAC pour voir ce qu’il était possible de mettre en place. Ils ont vu les conséquences qu’engendrait leur désengagement étant donné qu’ils étaient un partenaire principal de notre structure. Cette somme est suffisante pour boucler le budget. Ciblée sur les résidences, elle va nous permettre de faciliter l’accueil des compagnies et maintenir l’association. »

Repartir sur de nouvelles bases

La dernière rencontre entre VPK et la DRAC a eu lieu il y a deux semaines : « c’était important de remettre les choses au clair et de travailler sur de nouvelles perspectives avec eux. Nous avons envie de développer plus longuement nos résidences et actions culturels, de travailler sur de nouveaux volets. » Des évolutions du projet associatif dans le but de voir l’institution régionale reconduire son soutien pour 2018 et les années qui suivent. Rien n’est cependant acquis car d’autres structures ont des projets semblables et les restrictions budgétaires sont toujours d’actualité… « Mais déjà ils ne se désengagent plus, ils sont derrière nous » souffle Aurélie Boussat.

Le Volapük n’est donc pas complètement sauvé mais il respire et compte bien repartir de plus belle, « sur de meilleures bases. » Cette épreuve a aidé l’équipe à se remettre en question à prendre de nouvelles directions… Avec ces 15 000€, elle pourrait également organiser début 2018 la manifestation culturelle qu’elle organise traditionnellement à l’approche des fêtes. Pour le reste, « plein de projets sont en train de se mettre en place » promet la coordinatrice, heureuse aussi de voir que les donateurs extérieurs, que l’association a proposé de rembourser, ont souhaité maintenir leur soutien.

Olivier Collet

Pour bien comprendre la situation, vous pouvez (re)lire le focus sur le Volapük que nous avions réalisé sur 37°. Et pour découvrir le lieu, rendez-vous ce samedi 9 décembre à 19h45 avec le Collectif Nose et son Bureau National des Allogènes, en résidence depuis le 4 décembre. Prix libre et attention, le début de la représentation ce sera à l’Ilot Mirabeau, au 15 rue Gutenberg.