Tours

En 2018, le stationnement trop cher à Tours ?

La troisième heure de parking en centre-ville et le montant de l’amende passeront à 25€. Forcément, ça fait polémique.

Aujourd’hui, ne pas payer son parcmètre quand on se gare dans les rues du centre-ville de Tours nous expose potentiellement à une amende de 17€. Dès le 1er janvier (enfin, à partir du 2, vu que le 1er c’est férié et donc gratuit), ce tarif va augmenter de 50% : bing, 25€ la prune (20€ si elle est payée dans les 48h) ! Il suffit de dire ça pour énerver une bonne partie des automobilistes…

Ce n’est pas tout : les tarifs de stationnement vont aussi augmenter, et pas qu’un peu. Ce sera 1€90 l’heure (1€70 aujourd’hui), 3€80 les deux heures dans la zone rouge en plein centre (au lieu de 3€40), 7€ les 2h15 (!), 15€ les 2h30 (!!), 20€ les 2h45 et… 25€ pour 3h de parking Rue des Halles ou Rue Colbert… Sérieusement ? Oui, oui. C’est une volonté de la ville, mais aussi une obligation légale car l’amende encourue par les conducteurs ne peut pas être plus élevée que le tarif maximum proposé aux horodateurs. 25€ pour 3h, donc. Ce sera 25€ pour 5h en zone bleue, 5€20 les 4h. De l’argent qui ira directement dans les caisses de la mairie, celui des amendes ira à la métropole.

A LIRE AUSSI : Les justifications de la mairie

L’objectif affiché est clair et assumé : éviter les voitures qui restent toute la journée sur la même place, et ainsi créer une rotation censée assurer un renouvellement des clients pour les commerçants. Pour que ça marche, la mairie a fait changer ses 243 machines : elles permettent de payer en carte bleue voire avec son mobile mais, surtout, nécessitent que l’on entre son numéro de plaque. Ainsi, impossible de venir remettre des pièces incognito 2h plus tard et bénéficier de nouveau d’un tarif correct. La fin d’une combine presque aussi vieille que l’automobile.

Pour vérifier que les Tourangeaux se plient aux règles, une société privée (SAGS) patrouillera deux fois par jour de 9h à 12h et de 14h à 18h30 afin de sanctionner les contrevenants. Objectif : que plus de gens payent naturellement (aujourd’hui, ils ne sont que 30% selon l’adjoint au maire Yves Massot). Si l’entreprise y parvient, elle verra sa rémunération progresser.

Le choix de Tours de faire exploser la facture au-delà de 2h sur les places de ses principales rues, vise aussi à remplir ses parkings souterrains aux Halles, au Champ Girault ou à Anatole France (Porte de Loire). De fait, ces derniers sont moins chers si l’on y reste longtemps et leur maillage permet en théorie d’accéder rapidement à tous les points du centre-ville.

A LIRE AUSSI : Le point sur les parkings souterrains à Tours

Pas suffisant pour convaincre l’association des Vitrines de Tours qui s’acharne contre cette décision municipale. Mais ce n’est pas nouveau : toucher au stationnement, c’est forcément entraîner un vaste débat. Exemple avec la disparition du parking Place Châteauneuf. D’un côté on entend dire que c’est bien, que la fréquentation des commerces alentours a progressé et qu’en plus les places étaient auparavant surtout utilisées… par des commerçants, au détriment des clients. A l’inverse, il y a ceux qui nous disent que la suppression de ce parking du Vieux-Tours a immédiatement fait baisser leur fréquentation (notamment dans la restauration). Bref, un sac de nœuds. Et l’hypothèse de réduction du nombre de places Place du Grand Marché entraîne une opposition similaire. Le Tourangeau n’aime pas le changement…

La grande question est de savoir si Tours abuse avec cette tarification en hausse et ce Forfait Post Stationnement (qu’on peut continuer à appeler amende) à 25€ ? On peut estimer que oui en regardant l’exemple d’Orléans : pas de hausse et le maire dit que les automobilistes « ne sont pas des vaches à lait » (ce qui ne l’a pas empêché d’augmenter le nombre de places payantes et de faire passer le tarif de l’heure de parking à 2€).

Cela dit, au jeu des comparaisons, on remarque qu’à Blois ce sera pire qu’à Tours : 35€ la prune si vous mettez plus de 5 jours à la payer (sinon, 17€ comme aujourd’hui) ! A Angers, c’est 27€, 20 à 30€ selon la zone au Mans, jusqu’à 35€ à Nantes voire 50€ à Paris...

Autre question : ces augmentations vont-elle inciter les clients à déserter le centre-ville pour aller à Ma Petite Madelaine, aux Atlantes ou à Tours Nord, dans ces centres commerciaux aux parkings gratuits ? Peut-être, mais on peut raisonnablement penser qu’ils ne seront pas majoritaires. Aujourd’hui, beaucoup viennent déjà en transports en commun, en vélo et à pied. C’est peut-être aussi le moment pour les boutiques d’imaginer de nouveaux services, comme de la livraison à domicile (à Orléans, c’est en réflexion). Enfin, les professionnels de santé continueront d’avoir des tarifs avantageux (2€ les 3h, puis forte augmentation), tout comme les résidents (1€90 la journée).

Olivier Collet

La question du privé :

Ce qui fait aussi débat, c’est que Tours a choisi qu’une société privée se chargerait des contrôles, ses ASVP (Agents de Surveillance de la Voie Publique) étant voués à se concentrer sur le stationnement gênant (135€ d’amende). Elle n’est pas la seule à faire ce choix, loin de là. Même St-Pierre-des-Corps, ville communiste, a opté pour le privé à partir de janvier 2018. La délégation sera de 3 ans (contre 2 à Tours).