Tours

Foyer Albert Thomas : les projets de la Croix Rouge

Le centre d'hébergement d'urgence de Tours est géré par l'association depuis le printemps.

Souvenez-vous, c’était il y a un an : en difficulté, le Foyer Albert Thomas de Tours (qui dispose de 36 places d’hébergement d’urgence pour des hommes à la rue) était placé en liquidation judiciaire. Une large mobilisation avait alors vu le jour. Après de longues semaines d’incertitudes, et d’échanges souvent vifs entre les différents protagonistes du dossier, la Croix Rouge avait été désignée pour reprendre l’établissement dont les locaux appartiennent à la ville de Tours. Alors que l’hiver débute, nous sommes retournés sur place...

Lire également sur 37° : " Le Foyer Albert Thomas gère toujours l'urgence"

Des cours de français en 2018

Aujourd’hui, 6 personnes travaillent à Albert Thomas, à 150m du Château de Tours. Le foyer dispose toujours de 36 places pour des hommes (9 dortoirs de 4 lits), et il les accueille de 18h à 8h le lendemain matin avec collation, repas chaud le soir, petit déjeuner, douche, laverie. « La porte du bureau est toujours ouverte si quelqu’un souhaite parler » explique Cyril Chauveau, le travailleur social responsable des locaux. Des entretiens individuels sont aussi réalisés avec chaque nouvel arrivant. Tous sont orientés ici via le SAMU Social, le 115 (pour comprendre comment il fonctionne à Tours, vous pouvez lire notre reportage en immersion sur 37 degrés). Les hommes peuvent rester 4 nuits (du lundi au jeudi) ou 3 (du vendredi au dimanche) avant de devoir renouveler leur demande. Vu les besoins, les lits sont toujours occupés.

De l’ancienne équipe d’Albert Thomas, une personne a été conservée par la Croix Rouge qui a recruté du personnel déjà expérimenté parmi 150 candidatures. « On est encore dans le début de l’activité, les choses se mettent en place petit à petit » poursuit Cyril Chauveau. Parmi les objectifs : renforcer l’intégration sociale et l’accompagnement des personnes accueillies en les orientant vers d’autres structures pour la journée (La Barque, La Table de Jeanne Marie, Émergences…) ou les services sociaux. Des cours de français seront prochainement proposés « car de nombreuses personnes souhaitent l’apprendre. » En effet, une part importante des hommes accueillis est d’origine étrangère.

Nouvelles douches et armoires sécurisées

Un « projet d’établissement » doit être mis sur pied pour 2018, en s’inspirant notamment des remarques des bénéficiaires. « Ce n’est pas parce que l’on fait de l’urgence que l’on ne peut pas avoir un projet social » dit Véronique Folch, directrice régionale de l’association pour l’hébergement d’urgence (et basée à Amboise). Plus d’activités seront notamment proposées (à l’image des soirées foot organisées cet été), une salle informatique est annoncée pour permettre aux hommes de communiquer et de ne pas subir la fracture numérique en plus de leur absence de logement, d’autant plus que de nombreuses démarches se font désormais sur Internet. « Cela va aussi leur permettre de communiquer » note Cyril Chauveau.

Autres pistes : un travail avec Cultures du Cœur autour de chantiers d’insertion, des armoires plus sécurisées pour éviter les vols, la possibilité d’intégrer certains résidents dans des activités bénévoles de la Croix Rouge ou de leur proposer des formations au secourisme… En lien avec la mairie de Tours, des travaux sont prévus au printemps pour installer une 4ème douche et un 4ème sanitaire afin d’améliorer le confort des usagers. Dans un avenir plus lointain, une réflexion est enfin engagée pour pouvoir accueillir des SDF avec leurs chiens, un salarié maître-chien a d’ailleurs été embauché dans cette optique.