Tours

De la gastronomie en 5 minutes chrono : le défi de Melvin et Azim

Les deux Tourangeaux vont lancer leur concept de restauration en mars.

Melvin Marthély a 21 ans, Azim Hossoini en a deux de plus et ces deux jeunes hommes sont inséparables depuis leur rencontre en 2010, au lycée Albert Bayet de Tours. Dans quelques mois, c’est donc côte à côte qu’ils ouvriront Boll ’N Roll, un nouveau concept de restauration rapide et gastronomique, qu’ils espèrent développer un peu partout en France.

Leur histoire est faite d’aventures et de hasards, la voici résumée en quelques lignes : à gauche sur la photo, il y a donc Melvin, né à Paris mais Tourangeau depuis sa petite enfance. A droite, c’est Azim, réfugié afghan qui a fui son pays à cause de la guerre et qui est arrivé en France en 2008. « Les études m’ont amené à Tours, au lycée Albert Bayet où j’ai rencontré Melvin. A ce moment-là, je ne parlais même pas encore français.... »

Gastronomie et respect de l’environnement

Les deux ados apprennent à se connaître et à cuisiner. Dans la même classe, ils commencent à avoir des projets ensemble, poursuivent ensemble un BTS à Bourges, à l’école hôtelière. C’est encore en duo qu’ils décrocheront un stage chez un double étoilé d’Annercy et toujours tous les deux qu’ils entreront à l’école hôtelière de Thonon-les-Bains en vue d’obtenir une licence fraîchement décrochée il y a quelques mois.

« On sort avec un projet bouclé » expliquent les deux garçons en présentant leur business plan de plusieurs pages sur leur ordinateur. « On a découvert le monde de la haute gastronomie, c’est bien beau mais on veut faire autre chose. » Déçus par le traitement parfois réservé aux salariés en cuisine ou encore par l’impressionnant gaspillage alimentaire des grandes tables, ils imaginent donc une marque qui proposerait à la fois des recettes gastronomiques et des repas respectueux de l’environnement, le tout dans une ambiance zen, « en respectant le personnel. Dans certains restaurants les gens ne voient pas ce qu’il se passe derrière : les salariés maltraités, sous payés, mal considérés… »

Un repas complet dans un bol en bois

On en arrive donc à Boll ’N Roll : « on veut changer l’alimentation des gens en l’améliorant » affirment Melvin et Azim. Une vocation qui a germé en observant les nouvelles habitudes alimentaires des Français : « on mange moins de viande, il y a un retour au local, un besoin de sécurité après les différents scandales. On veut mettre en place quelque chose qui répond à cette demande. » Résultat : des ingrédients sourcés à 80% en local, soit dans un rayon de 50km environ autour de Tours, en bio si possible.

Ces ingrédients, ils seront proposés aux clients de deux façons : en bol ou en wrap roulé (d’où Boll ’N Roll, qui fait aussi référence au Rock’N’Roll, évidemment). Pour moins de 10€, on y trouvera « l’équivalent d’un repas complet avec lipides, protéines, féculents, végétaux… » 5 recettes figureront sur l’ardoise : 4 permanentes (dont une avec de la viande) et 1 recette saisonnière + la possibilité de créer son propre assortiment. Au menu : poulet ou tofu mariné, riz, légumes, crudités, purées, graines… « On veut du moelleux, du croquant, du croustillant, du chaud, du froid… Le tout préparé devant le client et servi en moins de 5 minutes. » Et les deux entrepreneurs d’ajouter : « on distribue rapidement mais ce n’est pas du fast food, c’est de la cuisine fusion avec des influences mélangées issues de nos origines et de nos voyages. C’est quelque chose qui nous ressemble. »

Vente à emporter… mais bols consignés

Adaptés à tous les régimes alimentaires (vegan, sans gluten…), les bols et les wraps pourront être accompagnés de jus pressés à la minute, le matin l’enseigne proposera le petit déj’ avec bol de fruits, céréales et pancake dès 7h30 et un goûter l’après-midi. Côté déco : des influences nordiques et naturelles avec un côté moderne et un artiste sollicité pour décorer chaque point de vente. Après Tours, une ouverture de Boill’N Roll est déjà envisagée à Chambéry. Pour l’Indre-et-Loire, le restaurant devrait ouvrir en centre-ville, et 2 personnes seront recrutées. On pourra y manger sur place ou à emporter… sachant que les contenants (en bois ou en verre) seront consignés afin de réduire les déchets. Les épluchures seront elles conservées en vue d’être compostées.

Olivier Collet

En attendant son ouverture en mars, Boll ’N Roll a lancé une campagne de financement participatif. 1 500€ ont déjà été récoltés.