Tours

Tours, 16ème métropole de France selon l'INSEE

Son influence est faible en dehors de l'Indre-et-Loire

Depuis le mois de mars, l'agglomération de Tours est devenue une métropole. 22 villes françaises bénéficient de ce statut censé leur apporter une attention plus grande de l'Etat pour des subventions sur de grands projets, par exemple.

Alors à quoi ça sert vraiment une métropole ? Il est encore un peu tôt pour faire le bilan, mais l'INSEE a dressé un premier tableau à partir des données collectées durant les dernières années...

Selon les spécialistes de la statistique, Tours Métropole a un dynamisme qui profite aux territoires voisins (Amboise, Loches, Chinon...). En revanche, l'influence de l'agglo s'exerce peu en dehors des frontières de l'Indre-et-Loire.

Avec 290 000 habitants, Tours Métropole est classée 16ème au rang national, mais assez loin derrière St Etienne qui rassemble 391 000 personnes. Concentrant la moitié des résidents de la Touraine, elle rassemble aussi 60% des emplois du département. Un tiers des salariés font la navette tous les jours pour venir travailler à Tours ou dans les communes limitrophes, soit 50 000 personnes. L'inverse est vrai aussi : des Tourangeaux font un aller-retour quotidien vers le Castelrenaudais ou l'Amboisie, mais dans une moindre mesure. En revanche, moins de 5% des salariés ayant un emploi sur la métropole viennent d'un autre département.

Ce que l'INSEE constate aussi, c'est que les personnes qui viennent habiter à Tours ne sont pas forcément des actifs et en grande partie des personnes seules. Les étudiants constituent une bonne part de cette population et d'une manière générale, 46% des habitants de la métropole ont moins de 35 ans, contre 43% à l'échelle de la Touraine. De leur côté, les familles ont tendance à quitter la métropole pour les territoires voisins comme le Val de l'Indre ou encore la région de Montlouis...