Tours

Val Touraine Habitat s'oppose à la baisse des loyers

Et tente d'appeler ses locataires à faire de même.

Ce mardi après-midi, le siège et les agences du bailleur social Val Touraine Habitat étaient fermées. Il ne s'agissait pas vraiment d'une grève mais d'un mouvement de colère suite aux décisions du gouvernement, en l'occurence la baisse de 5€ des alocations logement effective depuis le 1er octobre mais aussi des baisses de loyers "d'au moins 60€ par mois" imposées aux bailleurs dès 2018...

Val Touraine Habitat s'explique dans un courrier envoyé à ses locataires, pour tenter de les rallier à sa cause :

"Cette baisse, contrairement à ce qui a été annoncé, ne vous fera rien gagner, bien au contraire, vous risquez de perdre beaucoup. Ainsi, pour Val Touraine Habitat, c’est, selon nos premières estimations, 8 millions d’euros de ressources en moins, c’est-à-dire autant de travaux indispensables qui ne pourront être faits et ce, dès l’an prochain. (...) étonnamment,
le parc privé n’est pas concerné par ces mesures alors qu’il « capte » 55% des aides au logement. Cette baisse drastique des investissements que nous allons subir impactera votre cadre de vie avec le report de travaux et/ou de constructions neuves et la vitalité de l’économie locale et, notamment, celle des entrepreneurs locaux du bâtiment" écrit le bailleur qui compte 10 000 bénéficiaires des APL dans ses logements (chiffres 2015).

Dixit son site web, Val Touraine Habitat loge 7% de la population du département d'Indre-et-Loire ce qui en fait le 1er bailleur de la région avec plus de 23 000 logements gérés. En 2015, son rapport d'activité évoquait 307 logements neufs livrés et 800 rénovations pour 66 millions d'euros d'investissements sur 12 mois. On notera tout de même que sa situation financière ne parait pas alarmante : avec 89 millions d'euros de chiffre d'affaire en 2015, il réalise un résultat comptable en excédent de 13,7 millions d'euros. Il fait aussi état de 10,5 millions d'euros d'opérations réalisées en autofinancement.