Tours

2ème tram de Tours : question de priorités

St-Pierre-des-Corps se sent exclue du projet et le clame haut et fort.

C’est acté : Tours Métropole s’engage pour la création d’une seconde ligne de transport en site propre, en l’occurrence un tram B qui pourrait voir le jour à l’horizon 2024-2025. Après plusieurs débats internes, et déjà près de deux ans d’études et de débats, le principe de ce chantier a été acté en conseil métropolitain ce lundi soir.

Les terminus souhaités sont annoncés : ils seront situés à deux entrées du périphérique, celle de St Cosme à La Riche et celle de la Papoterie à Chambray-lès-Tours. Entre les deux, tout n’est pas encore clair mais les deux CHU seront desservis, très probablement le quartier des Fontaines de Tours et ensuite peut-être le quartier des Casernes ou Maryse Bastié, on évoque aussi la possibilité d’un passage par le Boulevard Béranger. Pour l’instant ce n’est pas tranché.

Si le projet suit son cours selon le calendrier envisagé par la majorité des élus, les travaux devraient démarrer d’ici 3-4 ans. Sauf que le trajet divise et frustre une partie des conseillers métropolitains, en particulier ceux de St-Pierre-des-Corps. Au cours de la réunion de ce lundi soir, plusieurs voix se sont ainsi élevées une fois de plus pour regretter que l’est de l’agglomération soit oublié : « comment comprendre qu’on laisse de côté l’étoile ferroviaire et la dynamique qu’elle pourrait apporter ? » s’interroge par exemple la Chambraisienne Michèle Launay. « La gare TGV est au centre de l’Europe avec la perspective de prolongement de la LGV vers l’Espagne et on ne la desservirait pas ? Ce serait une grave erreur stratégique si l’on veut que la métropole ait le crédit qu’on veut lui donner. »

Dans la foulée, la maire de St-Pierre-des-Corps Marie-France Beaufils a aussi regretté la tournure des événements : « le sujet du tram mérite que l’on y passe du temps pour ne pas regretter notre choix. Je suggère donc que le tracé de la deuxième ligne concilie à la fois la desserte du CHU et la gare TGV ainsi que les quartiers d’habitat social qui ne sont pas encore traversés à savoir les Fontaines et la Rabaterie. Nous comprenons la stratégie qui veut que les malades et leurs familles atteignent les hôpitaux en tram mais quand on cherche à accroître le rayonnement, peut-on ignorer la gare TGV ? C’est (sans opposer les modes de transport) 3,5 millions de voyageurs par an contre 200 000 pour l’aéroport. On délaisse en plus toute un bassin économique à l’ouest de l’A10 car on pourrait envisager un tracé vers le sud pour desservir le parc expo, le stade de foot, le collège Corneille ou le lycée Becquerel. »

Également élue corpopétrusienne, Martine Belnoue estime que cette seconde ligne « n’apporte aucune réponse à l’est de l’agglo qui subit les ruptures de l’autoroute et du chemin de fer. On est en train de s’empêcher de régler le problème de la qualité de l’air à la sortie de l’A10 de Tours Centre. Certains nous disent qu’ils se demandent s’ils sont des sous habitants d’autant que la voirie est prête sur l’Avenue Jean Bonin. N’y a-t-il pas incohérence à avoir été la seule commune à faire ce travail préparatoire et à s’entendre dire aujourd’hui que ce n’était pas pertinent ? Est-ce cohérent de changer les règles du jeu ? »

Lui aussi membre du conseil municipal de St-Pierre-des-Corps, Jean-Marc Pichon (En Marche) rejoint l’avis de ses deux collègues communistes : « quoi qu’il arriver il faut continuer à plaider pour que le tram arrive à St-Pierre-des-Corps car seulement 7% des 12 000 voyageurs qui fréquentent la gare chaque jour viennent en transports en commun. 56% utilisent leur véhicule personnel. Comment être attractif si l’on peut arriver aux portes de la métropole mais qu’ensuite on s’enlise ? »

Pour compenser l’absence de tram à St-Pierre, l’écologiste Didier Vallée propose dans un premier temps l’ouverture d’une ligne de Bus à Haut Niveau de Service. » De son côté, le président Philippe Briand avoue que dans un premier temps, il était plutôt favorable à une desserte en tram de l’est de la métropole plutôt que le tracé ouest-sud envisagé aujourd’hui : « il y a un moment où il faut hiérarchiser. Je comprend Marie-France Beaufils je demande donc qu’on attaque vite les études d’après. Ce que je veux ce sont des projets. »

Et le vice-président aux transports Frédéric Augis de compléter : « mon rêve c’est 3 lignes de tramways modulables pour répondre aux évolutions des équipements de la métropole. Il n’y a aucune forme d’exclusion de populations. » Les élus de l’est auraient préféré des engagmeents plus fermes avec des dates précises, ils seront obligés de se contenter de ces déclarations de principe. 

Olivier Collet