Tours

Mairie de Tours : Babary s'exprime, la gauche demande des élections anticipées

Le feuilleton politique continue.

Ce mardi soir il y a conseil municipal exceptionnel à Tours. La ville doit se choisir un nouveau maire suite à la démission de Serge Babary devenu sénateur. Ce devait être une formalité suite à la primaire de la majorité qui a désigné Christophe Bouchet jeudi dernier. Sauf que l'adjoint au tourisme a été choisi au bénéfice de l'âge après une égalité avec son challenger Xavier Dateu... Une défaite qui a du mal à passer, donc l'adjoint aux sports maintiendra sa candidature ce 17 octobre. Il y aura donc deux choix possibles pour la majorité en séance publique, ce qui est particulièrement génant quand on essaie de paraître unis pour diriger une ville, surtout quand on est seulement à mi-mandat.

A LIRE AUSSI : Les raisons de la candidature persistante de Xavier Dateu

Face à cette crise ouverte, l'ancien maire Serge Babary a été contraint de sortir du silence ce lundi soir pour réagir à l'initiative individuelle de Xavier Dateu. Il dit avoir appris sa décision avec "surprise et déception". "Je comprends bien sûr la déception que peut évidemment éprouver un candidat malheureux face à un résultat qu'il n'escomptait pas. Mais si je respecte les légitimes ambitions (...), je n'accepte pas une attitude qui revient à renier ses engagements quand leur conséquence ne produit pas le résultat attendu."

Neutre jusqu'à présent, Serge Babary tranche donc officiellement : "l'heure n'est plus aux luttes d'egos, il s'agit de désigner le Maire de Tours, une des grandes villes de notre pays. (...) J'en appelle donc au sens des responsabilités de chacun pour soutenir Christophe Bouchet, le candidat désigné par le scrutin pour porter les valeurs de notre famille politique."

De son côté, le groupe Tours à Gauche s'offusque de cette situation imprévisible et de ses comptes réglés en public. Rassemblant des élus PS, EELV et PCF, il évoque "un choix irresponsable" de Serge Babary d'avoir quitté le navire de la mairie pour le Sénat "et devant le spectacle lamentable d'une majorité qui n'en est pas une" demande "à ce que les élus de la droite et du centre remettent aux Tourangeaux leur démission" en vue de l'organisation de nouvelles élections.