Tours

L’Accalmie : fine cuisine Rue de la Grosse Tour

Le restaurant fait partie des derniers nés du Vieux-Tours.

Être accueilli par un grand sourire, ça fait toujours son petit effet. Dans ce domaine, on a été bien servi à L’Accalmie, le nouveau restaurant de la Rue de la Grosse Tour, à 3 minutes des Halles de Tours et moins de 300 secondes de marche depuis la Place Plume.

Ouvert depuis le 13 juillet dans cette rue piétonne peu passante (et donc très calme), l’établissement a pas mal d’atouts pour séduire les gourmets. La carte change à chaque saison et pour cet automne vous pourrez par exemple tester le vol au vent d’escargots avec légumes glacés et sauce coteaux du layon ou le velouté de butternut, chantilly cacahuète et noisettes torréfiées avec mouillettes de pain de maïs et jambon ibérique (miam !). Et ça, c’est juste pour l’entrée.

En plat on trouve des St Jacques, du thon rouge, de la poitrine de cochon ou une cuisse de poulet fermier. Et en dessert, pain de gêne aux noix, compotée de figues et crème à la vanille ou nougat glacé aux amandes, sauce praliné.

Pour le menu entrée-plat-dessert, prévoyez 30€, ce qui est très honnête pour ces recettes créatives préparées par Maxime en cuisine. Le midi, c’est même pour 16€ que vous ferez votre repas intégral, un tarif carrément compétitif. Sur l’ardoise le jour de notre venue : une salade de quinoa avec fruits de mer suivie d’un suprême de pintade avec mousseline d’écrevisses, carottes et gnocchis et enfin une mousse amandes-kirsch + coeur d’abricot. Juste avant, on a apprécie le beurre au poivre de Jamaïque qui accompagnait un pain croustillant et la terrine de saumon déposée sur la table pour l’accueil était idéale pour l’apéritif.

Pour la suite, la présentation des assiettes est élégante, l’entrée met bien en appétit avec de la fraîcheur et du goût. Même si les champignons ne nous font pas rêver, le plat est lui aussi une réussite avec une viande fine et tendre, une bonne sauce et des légumes fondants. Pour le dessert, l’abricot ce n’est plus trop de saison fin septembre mais la recette est vraiment fraîche et légère, juste relevée comme il faut par le kirsch. L’ensemble pourrait mériter plus de caractère dans l'assaisonnement mais il y a clairement du talent.

Mention spéciale enfin pour la déco, entre modernité et tradition avec les poutres, les pierres, le bois, du orange et des petites lumières dans le sol.

Olivier Collet