Tours

Tours veut célébrer Balzac

Après Saint-Martin, la ville de Tours va célébrer un autre illustre personnage de la ville : Honoré de Balzac.

Christophe Bouchet, l'adjoint au rayonnement, le répète régulièrement, la politique de rayonnement de la ville de Tours doit s’appuyer sur ses illustres personnages. Ainsi après Saint-Martin en 2016, la ville se prépare à célébrer un autre Tourangeau en 2019 : Honoré de Balzac, « un homme internationalement connu pour son œuvre monumentale mais pas assez justement reconnu à Tours, dans sa ville » explique le maire Serge Babary. 2019, la date n'est pas choisie au hasard puisqu'elle correspond au 220ème anniversaire de la naissance de l'écrivain qui a maintes fois rendu hommage à la ville qui l'a vu naître dans ses écrits.

Une souscription publique pour la création d'une statue

Dans les faits de multiples temps forts autour de Balzac auront lieu entre le 20 mai 2019 (Honoré de Balzac est né le 20 mai 1799) et le 24 novembre de la même année, date qui coïncide avec l'anniversaire de l'inauguration de la statue de l'écrivain qui se trouvait place Jean Jaurès jusqu'en 1942.

« Pour le programme nous sommes partis de cette statue qui n'a jamais été remplacée, afin de créer un cheminement artistique et patrimonial en ville autour de l'oeuvre et de la vie de Balzac ». De l'emplacement de sa maison de naissance, aux pensions qui ont accueilli sa sœur et lui, en passant par les lieux qui l'ont inspiré et qu'il a cité dans ses œuvres. De la place Jean-Jaurès aux bords de Loire, en passant par la rue Nationale et les rues voisines, c'est tout le patrimoine balzacien de la ville, qui sera mis en avant explique l'adjoint au rayonnement.

Au sujet de l'ancienne statue d'Honoré de Balzac, lire la fin de cet article de 37 degrés

Parmi les grandes lignes de ce programme, des visites guidées, des expositions, des conférences, un projet autour de Rodin et Balzac au Musée des Beaux Arts, mais aussi le lancement d'une souscription publique en 2018, à l'instar de celle réalisée pour la rénovation de la basilique Saint-Martin, pour le financement d'une nouvelle statue (ou œuvre) en hommage à l'écrivain qui sera réinstallée place Jean Jaurès.

« Donner le nom de Balzac à une rue majeure de la ville »

Autre projet majeur, donner à le nom de Balzac à une grande artère du centre-ville. « Pour le moment, si Balzac a une rue à son nom, elle reste modeste et nous pensons qu'il mérite un plus bel hommage avec une rue de plus grande ampleur ». Oui mais quelle rue ? Si Christophe Bouchet a déjà donné ses préférences pour la rue Nationale, la ville passera par la population pour définir la rue qui sera renommée, via le lancement d'une consultation publique. « Nous allons définir les modalités dans les trois prochains mois, mais nous voulons intégrer la population parce que le changement de nom d'une rue n'est pas anodin ».

Au cours de cette année 2019, la ville de Tours, en lien avec l'Office du Tourisme et la Métropole, prépare ainsi une série de manifestations événementielles mais aussi des projets pérènnes qui s'inscrivent dans la « politique de contenus » voulue par Christophe Bouchet. «  Nous l'avons dit, nous voulons que Tours ne soit plus seulement une ville de passage mais une ville de destination touristique et pour cela il faut proposer des contenus phares et réguliers pour attirer les touristes, notamment autour de l'histoire de la ville. Saint-Martin en est un, Balzac en sera un autre ».

Une mise en lumières des bâtiments de la ville

Autre axe privilégié : la mise en lumière des bâtiments de la ville. Dès 2018, un plan lumières sera mis en place sur les bâtiments liés à Saint-Martin : basilique, tour Charlemagne, tour de l'Horloge. Un travail qui sera poursuivi en 2019 avec la mise en lumière des bâtiments liés à Balzac. « On en a listé une cinquantaine, au final on en retiendra certainement une dizaine ». A noter enfin que le spectacle « Les illuminations de la cathédrale » se terminera en 2018 et sera remplacé dès l'année suivante par un nouveau spectacle son et lumières, place Jean-Jaurès en rapport avec le père du « Curé de Tours ».