Tours

A Tours, la Tranchée va changer de visage à partir de 2020

Le groupe scolaire va être reconstruit et de nouveaux logements seront créés.

C’est un gros chantier qui se prépare au nord de la Loire, au sommet de la côte la plus célèbre de Tours. Avant de partir au Sénat où il devrait se faire élire le 24 septembre, le maire Serge Babary veut lancer un important dossier de rénovation urbaine : la transformation du haut de la Tranchée. Il y a de quoi faire : la ville a établi un périmètre de 30 000m² qu’elle veut réaménager de fond en comble d’ici 2025… Les opérations seront lancées ce lundi 18 septembre au conseil municipal.

« La mairie possède une grande partie des terrains et des bâtiments mais certains sont fortement dégradés » explique l’élu faisant notamment référence à l’école Victor Hugo, un groupe scolaire de 7 classes et 1 650m² (+ 1 200m² de cour de récréation) « qui ne répond plus du tout aux normes, qui est très énergivore et où la cantine est au sous-sol. » On parle aussi de l’ancienne mairie, un beau bâtiment mais actuellement inutilisé, et donc qui se dégrade.

« Nous envisageons une opération d’envergure » a précisé Serge Babary ce vendredi. C’est-à-dire un grand coup de balai pour rénover ce qui doit l’être, bâtir de nouveaux logements et redynamiser les commerces. L’école va même être totalement reconstruite juste à côté avant la démolition du bâtiment actuel. Quant au parking relais, jugé trop petit, il a vocation à être remplacé par un parking en silo à deux étages totalisant 180 places et un abri vélo. « Des discussions ont été entamées avec la métropole », propriétaire du terrain, afin d’envisager cette modification qui doit permettre de libérer de la place « majoritairement pour du logement mais aussi des services, des commerces et des activités libérales sur 3 000m². »

L’opération ne sera pas seulement immobilière… Alors que la circulation de la place a été refaite pour l’ouverture de la première ligne de tramway en 2013, Serge Babary estime qu’il faudrait repenser les choses : « c’est une épreuve de traverser la place qui est dangereuse » avance le maire (on se souvient de l’accident de 2015, quand un enfant avait été tué par une voiture en traversant la route).

Le calendrier prévoit de premières esquisses jusqu'à mars 2018, une concertation avec les riverains et la communauté éducative sera également menée sur cette période. Des études sur la nature du sol, la pollution et l’archéologie sont envisagées dans la foulée, jusqu'au printemps 2019. Ensuite, la ville devra acquérir les quelques bâtiments dont elle n’est pas encore propriétaire (des commerces, par exemple, si elle parvient à trouver un accord avec leurs gérants). Le chantier sera vraiment lancé fin 2019-début 2020 avec l’édification du nouveau parking puis l’école. L’achèvement de l’opération est prévu pour 2025 : « il faudra que les Tourangeaux soient patients » note le maire.

La réalisation des travaux sera confiée à un aménageur (comme c’est le cas de tous les gros chantiers, comme celui de la Rue Nationale). La ville assumera une partie de son coût (par exemple les 6 millions d’euros de l’école) mais le reste doit être payé par des promoteurs. L’élu tient enfin à rassurer d’éventuels inquiets : pour l’instant, aucune décision n’est arrêtée et une démolition de l’ancienne mairie n’est pas à l’ordre du jour. Bref, veuillez patienter…

Olivier Collet