Tours

Tours : Un nouveau commandant à la base aérienne

A l'occasion de la prise de commandement du colonel Sébastien Vallette à la base aérienne mercredi dernier, le calendrier de départ de l'école de chasse a été dévoilé.

Mercredi dernier, la base aérienne 705 de Tours Nord avait des allures de grand jour. En cause : la prise de fonctions du colonel Sébastien Vallette, nouveau commandant de la BA 705, et la passation de pouvoir entre le colonel Sébastien Mazoyer.

Le colonel Valette aura notamment pour mission de préparer le déménagement de l'école de chasse mais aussi assurer la transition des activités de la base aérienne.

Le calendrier du départ de l'école de chasse a d'ailleurs été dévoilé pour l'occasion. Celui-ci s'étalera entre 2018 et l'entrée en service des nouveaux avions d'entrainements de l'Armée (des Pilatus PC21) à Cognac et 2021 date à laquelle l'école de chasse aura complètement et définitivement quitté la Touraine.

Si ce départ entraîne celui de 300 personnes (pilotes et mécaniciens) il ne signe pas pour autant la fin de la BA705 qui continuera d'accueillir les services administratifs et notamment la Direction des Ressources Humaines de l'Armée de l'Air. En compensation du départ de l'école de chasse, la BA 705 accueillera dès 2018 le service de santé des armées (120 personnes). A terme c'est ainsi 1900 personnes qui continueront à travailler sur les sites de la base aérienne et à Cinq-Mars-La-Pile.

Le départ de l'école de chasse a une incidence directe sur la gestion de l'aéroport civil de Tours, puisqu'aujourd'hui le contrôle aérien, la sécurité incendie et l'entretien de la piste sont gérées par l'armée, ce qui ne sera plus le cas une fois l'école de chasse partie. Le coût supplémentaire pour l'aéroport est estimé à 3 millions d'euros par an. Pour préparer cette échéance, une première réunion de concertation avec les différents acteurs du dossier est prévue aujourd'hui à la Préfecture d'Indre-et-Loire.

Lire également sur 37 degrés : Départ de l’école de chasse : Quelles conséquences ?