Tours

Comment Tours Métropole veut booster le tourisme

La gare de St-Pierre-des-Corps pourrait par exemple changer de nom.

Ce lundi soir au conseil métropolitain, il a été question de la stratégie de l’agglomération pour accueillir plus de touristes et même « prendre le leadership des destinations du Val de Loire », sous entendu devant Angers ou Orléans, donc. « Il faut faire de Tours la capitale du Val de Loire » ont souligné experts et élus qui veulent développer une stratégie marketing et plusieurs idées, le tourisme étant un moteur pour l’emploi avec 4 000 salariés (qualifiés ou non) sur la métropole, 8 000 dans le département.

« Les touristes consomment bien le Val de Loire mais moins Tours, donc il y a un vrai potentiel de progression » a souligné Marie-Laure Desmet d’Atout France qui fait de Tours l’une des 16 destinations en vue à présenter aux touristes internationaux. « L’ambition est d’en faire une capitale vivante et éternelle et tenir cette promesse. Être leader et exemplaires. »

4 axes et 35 actions ont été imaginés en 9 mois de travail et plusieurs commissions. On citera par exemple le développement de la batellerie (une étude va être lancée pour faire aboutir ce projet avec plus de promenades) ou un investissement plus important pour communiquer sur la thématique des jardins (Tours veut mettre en avant ce thème si la France est choisie pour organiser l’exposition universielle de 2025). Autres axes : capitaliser sur l’art de vivre à la française en faisant du vin et de la gastronomie des moteurs touristiques, idem pour l’offre culturelle et patrimoniale. Les greeters (habitants proposant des visites guidées) seront par ailleurs mis en avant.

Atout supplémentaire de la métropole tourangelle déjà plusieurs fois évoqué : le vélo avec les multiples circuits partant ou passant par Tours (Loire à Vélo, Indre à Vélo, Cher à Vélo et la route de St Jacques de Compostelle). La Maison du Vélo du Boulevard Heurteuloup baptisée Cap Vélo Rando va d’ialleurs bientôt ouvrir, juste à côté de l’Office du Tourisme.

Tout cela doit permettre « d’accroître la fidélisation » des touristes et de la clientèle d’affaire pour faire de Tours la première destination professionnelle de la région « et même plus » nous dit-on. Quant à la clientèle de loisirs, l’ambition est d’attirer les familles avec jeunes enfants et ados ou les groupes d’amis et couples citadins et sans enfants de 18 à 30 ans ou de plus de 50 ans. Concernant la clientèle étrangère, l’idée est de faire venir toujours plus de Brésiliens (déjà nombreux) mais aussi d’Américains et d’Australiens sans oublier les Asiatiques : Coréens, Japonais et Chinois.

Et pour bien accueillir tout ce petit monde, on semble s’orienter vers un projet qui semble un détail mais n’en est pas forcément un : changer le nom de la gare de St-Pierre-des-Corps. Argument : « sur les panneaux annonçant les trains à Paris-Montparnasse, Tours n’est pas indiquée. » On pourrait donc imaginer une gare baptisée Tours - St-Pierre-des-Corps, à l’image d’autres gares qui ont fait évoluer leur nom avec succès comme Blois-Chambord. Une évolution cosmétique qui ne fera pas tout tant que la question de la liaison régulière entre les deux gares de l’agglo ne sera pas réglée. Mais la SNCF traîne des pieds pour relancer le projet de navette...