Tours

A Tours, la marque des bébés bio fête ses 5 ans

Avec des projets de grande : créer une ligne pour les prématurés et avoir une boutique à Tours.

C’est l’histoire d’une petite graine plantée il y a 5 ans et qui grandit tranquillement. Pas forcément très vite mais à son rythme. La Tourangelle Marie-France Frouin est en train de travailler à de nouveaux projets pour Graine d’Amour, sa marque de vêtements en coton bio ou bambou pour les 0-12 mois. Ca fait 5 ans que la styliste vend ses produits mais 30 qu’elle travaille dans le secteur de la mode enfantine. Originaire de Tours, formée dans le nord de la France et repérée par une entreprise vendéenne après un concours remporté pour les 3 Suisses à la fin des années 80, elle a signé de nombreuses collections en France et au Maroc, à Casablanca, en travaillant pour des marques aussi diverses qu’IKKS ou Etam et en faisant une partie de sa carrière dans l’import export.

Au début, c’est donc un peu par hasard que la jeune femme s’était lancée dans le secteur de l’enfance. Aujourd’hui, c’est devenu plus qu’une spécialité, un art de vivre. Surtout après la naissance de sa fille : « quand j’ai eu ma fille en 2006, j’ai commencé à voir les nouvelles problématiques pour les bébés, par exemple avec certains produits qui n’étaient pas conformes. » C’est le déclic, et Marie-France Frouin se met donc à imaginer la création d’une collection de vêtements pour les nouveaux-nés qui soit écologique, pratique et élégante.

Depuis 2012, Graine d’Amour commercialise ses produits sur Internet, ou dans des boutiques spécialisées (dont une récemment ouverte sur la zone de Chambray-lès-Tours, Boutchou Nature ou un magasin de créateurs de la Rue Nationale d’Amboise). « Je constate que ce sont souvent les touristes qui achètent ces vêtements » souligne la chef d’entreprise qui espère aujourd’hui convaincre de plus en plus les Tourangeaux et cherche à s’installer dans le centre de Tours, de préférence avec d’autres créateurs de la région qui chercheraient à avoir leur point de vente à l’année (aujourd’hui, ils sont surtout présents lors des fêtes avec des boutiques éphémères, ou dans le centre de Joué).

Avec 45 références et des produits à partir de 15€90, Marie-France Frouin revendique des prix « parfois moins élevés que [ses] concurrents », avec des coutures extérieures, pas d’étiquette ou des gigoteuses qu’on n’a pas besoin de laver en entier. Une partie des vêtements est en coton bio, et la fabrication se fait au Portugal. D’autres sont en bambou, et la production est basée à Troyes. Graine d’Amour pourrait aussi proposer prochainement bodys ou pyjamas en lin ou en chanvre, en espérant faire du made in France à défaut de made in Touraine.

Si aujourd’hui les différents vêtements sont tous blancs, l’entrepreneuse étudie la possibilité d’une collection plus colorée avec des teintures végétales, mais toujours unisexe. Dans l’esprit développement durable, elle pourrait proposer une plateforme pour récupérer les vêtements qui ne sont plus utilisés afin de proposer des produits d’occasion. Mais la grande ambition c’est le lancement d’une ligne pour bébés prématurés en couveuse : « on m’en a demandé à plusieurs reprises, il a fallu penser à tout : la possibilité de laisser passer les capteurs par exemple. » Des études sont lancées, en espérant que des établissements comme l’hôpital Clocheville de Tours ou la Clinique Vinci de Chambray accepteront de participer à cette aventure innovante.

Olivier COLLET