Tours

Nouvelles frictions autour du festival Tours et ses Francos Gourmandes

Toujours au sujet des subventions publiques qui lui seront allouées.

On en a déjà parlé : mi-septembre, le Parc de Ste Radegonde et le centre-ville accueilleront la première édition du festival Tours et ses Francos Gourmandes, transfuge d’un festival auparavant organisé en Bourgogne, avec des artistes comme M Pokora et Claudio Capéo mais ausis des chefs qui relèveront des défis sur scène et proposeront des menus spéciaux.

Cela dit, ce festival agace une partie du monde politique. La majorité LR-UDI veut en profiter pour faire mieux connaître le label Tours Cité de la Gastronomie, Les Verts dénoncent un boulevard offert à la société Morgane (organisatrice des Francofolies de La Rochelle ou du Printemps de Bourges) qui est venue proposer ce concept à Tours, qui l’a acquis ce qui nécessitera d’importantes subventions.

Ce jeudi soir, ce sont ainsi 100 000€ de subventions qui ont été alloués à l’association Cité de la Gastronomie pour cet événement (une somme qu’elle est autorisée à reverser directement à l’organisateur suite à une modification de sa convention). A cela s’ajoutent 20 000€ pour le fonctionnement de la structure. L’écologiste Emmanuel Denis a dénoncé « un projet hors sol réalisé par un opérateur qui n’est pas local alors que les acteurs tourangeaux sont tout à fait à même d’organiser ce type d’événement. » Il s’inquiète de la rapidité avec laquelle ce week-end a été mis sur pied et de l’avenir si les subventions se réduisent (Morgane maintiendrait-t-il son festival ?).

A noter qu’en plus de la ville, la métropole et la région vont mettre la main à la poche. 130 000€ pour le conseil régional, dont 50 000€ de subvention exceptionnelle. Mais aussi le financement de deux emplois en Cap’Asso pour agrandir l’équipe d’organisation de ce week-end musical et gastronomique. Mais Pierre Commandeur – élu municipal et régional – a bien noté que l’argent était fléché vers l’association et pas spécifiquement vers les Francos Gourmandes, s’interrogeant sur la part importante dédiée à la musique pour un événement destiné à promouvoir l’art du bien manger.

La majorité a sèchement répondu aux critiques, le maire dénonçant une position « moralisatrice » et Christophe Bouchet, adjoint au tourisme, soulignant la contradiction entre les critiques entendues en séance et le reproche qu’on lui fait souvent de ne pas avoir de grand festival à Tours. Il voudrait en faire un événement national, reste à voir si l’affiche est vraiment de taille pour cela, avec un chef des Champ-Elysée en tête d'affiche mais pas de grande figure culinaire médiatique par exemple.

O.C.