Tours

Bientôt plus de radars pédagogiques à Tours

La ville en a acheté 3 pour 2017. Et poursuit l'extension des zones limitées à 30km/h.

La ville de Tours ne peut pas décider d’installer des radars automatiques qui flashent et envoient des PV aux conducteurs roulant trop vite, c’est le rôle de la préfecture d’Indre-et-Loire. En revanche, la mairie peut librement acheter et installer des radars pédagogiques, ces appareils inoffensifs pour votre porte monnaie et les points de votre permis mais dont l’efficacité semble prouvée pour faire ralentir voitures ou motos dans les quartiers grâce à leur compteur qui s’affiche en rouge si l’on exagère sur l’accélérateur en arrivant à leur hauteur.

Et comme depuis plusieurs mois Tours a décidé de faire baisser la vitesse maximum autorisée dans un grand nombre de rues (fini les 50km/h habituels, place aux zones 30, sauf sur les grands axes comme les boulevards), elle pense avoir bien besoin de ces radars pour faire passer le message et inciter les conducteurs à lever le pied dans les différents quartiers. Ainsi, depuis un bon moment, la municipalité est équipée de deux appareils : un placé Rue de Suède à Tours Nord et l’autre d’abord installé Rue de la Fuye puis récemment déplacé Rue Jolivet dans le quartier Velpeau.

« Ces deux radars nous donnent entière satisfaction et nous avons aussi de bons retours des riverains » note Yves Massot, l’adjoint au maire en charge de la circulation qui dispose des données des machines (qui fonctionnent à l’énergie solaire, ce qui permet justement de les déplacer). Résultat : « quand ils sont en fonction, on constate que la vitesse est globalement respectée, à quelques exceptions près. » Et parfois, les services arrêtent l’écran mais laissent le radar en fonction, et ils voient la différence : une petite tendance à l’accélération.

Deux radars étant insuffisants pour toute la ville selon l’élu, un investissement a été voté pour cette année afin d’acheter trois nouvelles machines à 2 500€ pièce (hors taxes) : « on va essayer de les installer au dernier trimestre. On a pas mal de demandes des riverains, Rue des Bordiers par exemple où ça roule assez fort mais aussi à la sortie d’autoroute de Tours Centre ou Rue du Pas Notre Dame à Tours Nord, près de l’Avenue Maginot » note Yves Massot qui voudrait faire comprendre « qu’en ville ça ne sert à rien d’aller vite à part faire peur aux gens. » D’où l’extension des zones limitées à 30km/h : « on vient de finir le quartier des Douets et on va maintenant s’occuper du reste de Tours Nord. » Sur Tours Centre, tout est désormais balisé. Paul Bert est terminé à 70%.

Autre solution pour faire ralentir : installer des chicanes en béton pour forcer les automobilistes à slalomer et donc à rouler moins vite, un tel aménagement est prévu Rue des Bordiers à Tours Nord, jusqu’à la Rue de la Fosse Marine, ou une alternance des places de parking ne suffisait pas.  

Olivier COLLET