Tours

LEGISLATIVES EN TOURAINE : Ce qu’il faut retenir du 1er tour

Un scrutin qui n’a pas été avare en surprises.

Ce dimanche, 428 000 électeurs tourangeaux étaient appelés aux urnes pour le premier tour des législatives en Indre-et-Loire, le département étant réparti en 5 circonscriptions, il y a donc 5 députés de notre territoire à élire pour représenter le département à l’Assemblée Nationale. Au final, l’abstention a été particulièrement élevée avec 48,61% d’électeurs qui avaient mieux à faire que de voter. 50,55% même sur la circonscription de Tours, et plus encore dans certains quartiers populaires de la ville. C’est un chiffre inédit pour une élection législative, d’autant que la participation avait été plutôt bonne au moment des élections présidentielles. Un vrai camoufler pour la démocratie qui va pénaliser les finances des partis car chaque voix de ce premier tour pouvait potentiellement rapporter de l’argent (1€42 si le mouvement dépassait les 1% dans au moins 50 circonscriptions).

Deuxièmement : cette faible participation a entraîné des duels en vue du second tour de dimanche prochain. Car pour se qualifier, les candidats devaient terminer à la première ou la deuxième place, ou alors réunir 12,5% des voix des inscrits ce qui est compliqué quand peu de monde vient glisser son bulletin dans l’urne.

On aura donc 5 duels pour le second tour en Indre-et-Loire dimanche prochain :
- Sur la première circonscription à Tours, Philippe Chalumeau représentant le parti du président Macron caracole en tête avec plus de 36% des voix, faisant bien mieux que le chef de l’Etat au premier tour de la présidentielle. Derrière, il y a eu un match à trois pour la seconde place et c’est le député socialiste sortant Jean-Patrick Gille qui en sort vainqueur avec 15% et peut donc défier son ancien camarade du PS passé chez La République En Marche, sans être favori.
Alors que Jean-Luc Mélenchon avait fini 2ème du premier tour de la présidentielle à Tours, la France Insoumise et Claude Bourdin sont 3èmes relégant Les Républicains et l’UDI à la 4ème place. Un véritable camouflet pour Céline Ballesteros et la majorité de Serge Babary qui accuse une nouvelle défaite locale après celle des régionales de 2015. Il faut dire que la droite partait divisée avec notamment un autre adjoint de l’équipe du maire, Lionel Béjeau, autonome suite à son départ de Debout la France, un candidat DLF et un du mouvement 577 également à droite et au centre. Ils totalisent plus de 6% à eux 3 et condamnent donc la droite à regarder le second tour de loin. Dernier enseignement : même si Les Verts sont déçus de leur score, ils font quasi jeu égal avec le FN à 90 voix près.
- Sur la 2ème circonscription (Touraine Est, Amboise), sans surprise, En Marche est encore une fois largement en tête avec Daniel Labaronne. Le maire de Bléré devance la députée sortante Claude Greff (LR) pas forcément en position de force en vue du second tour même si elle peut bénéficier de quelques reports de voix. Si la gauche se retrouve en partie derrière le candidat macroniste, ce dernier devrait réussir à s’imposer et ravir ce territoire à la droite.
- La meilleure chance des Républicains dans le département vient peut-être de la troisième circonscription et de l’UDI Sophie Auconie qualifiée au second tour sur le Lochois, Chambray, Montbazon... Elle est 8 points derrière Marisol Touraine, députée sortante qui joue l’ambiguité entre le socialisme et Emmanuel Macron mais peut bénéficier de plus de reports de voix que l’ancienne ministre notamment celles du dissident LR Marc Angenault qui a dépassé les 10%.
- Sur la 4ème circonscription (Chinon, Joué), la Macroniste Fabienne Colboc a, à priori, un boulevard devant elle après avoir éliminé le député socialiste sortant Laurent Baumel et avoir placé très loin derrière elle le candidat Les Républicains Hervé Novelli.
- Sur la 5ème circonscription (Bourgueil, St-Cyr-sur-Loire, Tours Nord), normalement on est sur une terre de droite mais la circonscription historique de Philippe Briand, qui n’a pas voulu rempiler pour présider la métropole de Tours, est clairement menacée par la Macroniste Sabine Thillaye qui a réalisé de très bons scores y compris dans des bastions LR comme St-Cyr-sur-Loire. La novice en politique parait donc en ballotage favorable face à Fabrice Boigard, pourtant adoubé par le patron.

On retiendra aussi l’effritement du Front National qui, bien que plus faible qu’ailleurs en Indre-et-Loire, s’est cette fois bien effondré tombant à 5% à Tours, à peine 10% sur le reste du département, notamment pour sa patronne Véronique Péan sur le Chinonais. La France Insoumise fait désormais beaucoup, beaucoup d’ombre au Parti Socialiste et Les Verts sont loin d’être ridicules. Pari raté en revanche pour l’UPR et à moitié réussi pour Debout la France ou les 577 qui ont eu quelques fidèles mais sans vraiment briller. A Tours, le Parti Animaliste a dépassé le seuil des 1%.

Forcément ce dimanche soir, la gauche râlait un peu de ne pas avoir réussi d’alliance pour faire de bien meilleurs scores quand la droite payait aussi ses divisions. Comme au niveau national, La République En Marche se retrouve avec un boulevard devant elle et devrait remporter au moins trois circonscriptions du département dans une semaine, le grand chelem paraissant tout de même compliqué. Il faut voir ensuite dans quelle idéologie se placeront les futurs élus du président Macron : à gauche, à droite ? Comment feront-ils entendre leur voix dans le bloc immense de 400 députés annoncé ?