Tours

Tours Nord : on sait qui va cultiver des légumes sur un toit d'immeuble

Premières graines prévues pour 2019.

En décembre dernier, nous vous faisions part d'une première à Tours Nord dans le quartier Monconseil : un immeuble de HLM avec des serres et de la terre sur le toit pour cultiver des légumes. Ce projet baptisé "Les Jardins Perchés" est mené par Tours Habitat et le bâtiment doit voir le jour d'ici septembre 2019, du côté de la Milletière. Le chantier est censé démarrer cet été. 76 logements du T1 au T5 sont annoncés sur 3 étages.

« Ca fait environ deux ans que l’on réfléchit à la façon de mener une opération vraiment emblématique et originale sur ce que pourrait être l’habitat de demain » explique Grégoire Simon, le directeur de Tours Habitat qui construit en moyenne une centaine de nouveaux appartements par an.

L'entreprise qui exploitera cette microferme aura 2 200m² de surface cultivable sur le toit et en rez-de-jardin. « Nous avons mené une étude avec l’association Fermes d’Avenir qui a prouvé que dans un premier temps le maraîcher pourrait dégager un SMIC, et autour de 2 000€ par mois à l’horizon de 3-4 ans » poursuit Grégoire Simon qui se base aussi sur une étude de l’INRA montrant qu’avec 1 000m² il est possible de s’en sortir grâce à la permactulture, sans mécanisation, ni engrais et un travail 100% manuel. 

Ce mardi, Tours Habitat a annoncé le nom du candidat retenu par ses équipes pour exploiter ces champs urbains : Macadam Farm, entreprise qui développe déjà de l'agriculture dans des espaces urbains inutilisés. Elle a des projets ailleurs en France à Roubaix ou Boulogne-sur-Mer. On en sait du coup un peu plus sur ce qui va concrètement être mis en culture : des champignons bio pousseront dans des conteneurs maritimes au sol, il y aura une culture maraîchère également bio au pied de l'immeuble, des cultures sans engrais (mais pas bio) seront disposées sur le toit, en partie sous serre. Elles n'auront pas le label AB car c'est interdit pour les cultures hors sol.

Par ailleurs, les locataires volontaires de l'immeuble auront leur propre espace pour cultiver, il y aura un verger partagé, et du compostage collectif pour réduire les déchets.