Tours

La créativité des vignerons pour Vitiloire 2017

Ils font preuve d'inventivité pour créer des histoires autour de leurs bouteilles.

Vitiloire, c'est le grand marché annuel du vin à Tours. Un week-end où l'on croise des diables remplis de cartons de bouteilles un peu partout en centre-ville. Pas de doute, certains ont leurs habitudes et viennent remplir leurs caves auprès de leurs vignerons coup de coeur. D'autres se laissent porter par leur instinct et leurs découvertes.

Mais avec plus de 150 professionnels présents (et même des brasseurs de bière), et même avec une vaste foule de plusieurs milliers de visiteurs, il n'est pas toujours facile de se démarquer. Le Val de Loire compte tant d'appellations, et le site de Vitiloire est très vaste... Alors, pour attirer les curieux et potentiels clients, de plus en plus de vignerons font preuve d'originalité.

Selon Guillaume Lapaque, le représentant des différentes associations viticoles d'Indre-et-Loire, 2/3 des exploitants font désormais un effort de marketing conséquent pour mieux vendre leurs bouteilles. Le secret, c'est de leur donner une histoire : "le visiteur du Château de Langeais ne va pas forcément raconter son séjour à ses amis. Alors on a créé une cuvée spéciale pour le monument avec du bourgueil. Et quand il sortira la bouteille, il pourra raconter sa visite à ses amis." C'est du storytelling.

Du coup, ce samedi sur Vitiloire, on a pu observer les différents styles. Il y a ceux qui changent la forme habituelle de la bouteille en la rendant plus fine ou plus petite. Ceux qui jouent avec les mots (Le Sot de l'Ange à Azay-le-Rideau) ou avec nos sens (Le Bubble's Kiss à Vouvray). Autre style : le nom de cuvée amusant et séduisant comme Libertine ou Sottise. Ou celui qui fait référence aux grands personnages historiques comme St Martin. L'histoire est d'ailleurs aussi présente sur les étiquettes, comme sur celles d'un professionnel d'Ingrandes-de-Touraine qui rappelle l'histoire de sa commune au dos de ses productions, quand d'autres font appel à des artistes pour rendre les bouteilles uniques.

Par son millésime, le vin est déjà le témoin d'une époque. Mais par sa façon d'être présenté, il se doit aussi d'être moderne et créatif, n'ayant pas accès aussi facilement que d'autres produits aux modalités de publicité. Les références de petits producteurs ou le label bio ne suffisent pas non plus forcément. Et si certains viticulteurs font tout eux-mêmes dans ce domaine, certains commencent aussi à faire appel à des entreprises spécialisées (il en existe une à Amboise), cela dit encore rares dans le secteur.

Voici quelques images prises sur le salon ce samedi, et ça continue ce dimanche jusqu'à 19h (verre de dégustation à 5€, ateliers, recettes de chefs à déguster...)...